Création Contemporaine Asie

Artistes philippins contemporains

Philippines Artists/ Art News

 

PATRICIA PEREZ-EUSTAQUIO
Patricia Perez-Eustaquio expose pour la première fois en Australie, à la Yavuz Gallery Sydney, du 7 Novembre au 19 Décembre 2019. L'exposition intitulée "Everywhere West, Everything East", présente une nouvelle série de travaux de l'artiste dont des tapisseries et autres techniques mixtes. Pour cette exposition, Patricia Perez-Eustaquio s'est concentrée sur l’ère de l’exploration avec ses répercussions sur le colonialisme, le commerce et la consommation. La pièce maîtresse de l'exposition est une paire de tapisseries monochromes; celles-ci ont été retravaillées à partir du tableau de l’artiste philippin du XXe siècle, Fernando Amorsolo, sur la mort du navigateur portugais Ferdinand Magellan par les forces de Lapu-Lapu, le souverain de l’île de Mactan aux Philippines. La navigation autour du globe de Magellan et sa revendication des Philippines à l’Espagne servent de toile de fond à l’exposition de Patricia Perez-Eustaquio.

RONALD VENTURA
Ronald Ventura présente ses toutes dernières peintures à la Primae Noctis Art Gallery, à Lugano, Suisse, du 16 Novembre 2019 au 10 Janvier 2020. Dans ces peintures, des sujets sont envahis par des astronautes, des papillons ou encore des appropriations de représentations de mains de chrétiens, une imitation du Christ. Ronald Ventura parle de portraits réalisés dans le passé, où des artistes inséraient des images de la mythologie dans leurs portraits. Les objets ne sont pas réellement stables, explique l’artiste. Ils sont en constante évolution, bien que nous cédions à l’illusion que tout est statique". Un objet, ajoute-t-il, contient tout, de son histoire à son avenir.
L'artiste a obtenu 664.652 $ chez Sotheby's HK le 5 Octobre 2019, pour une oeuvre intitulée "Super than Superman" (2018). L'estimation était de 255.000 - 382.500 $

MARK JUSTIANI
« Island Weather », l'installation de l'artiste pour le pavillon des Philippines à la 58ème Biennale de Venise (11 Mai - 24 Novembre 2019) a été considérée comme une des meilleures réalisations. L’artiste a créé une installation immersive pour amener le spectateur à regarder avec attention la situation du pays : la réalité du climat (typhons), les effets de son histoire, et son évolution culturelle.

 
 
 

The growing interest in Filipino contemporary art is real on many levels of the global cultural scene. The Philippines has emerged as the world’s 20th art auction market in 2017, based on global auction sales, ahead of Singapore and other Southeast Asian countries. The Philippines was in the Top 20 of contemporary art sales products in 2017-2018 (Artprice) with sales of 5.296.947. The number of Philippines artists in the world’s top 500 artists by auction sales in 2017 grew to five. Artist works can reach high prices, such as those of Ronald Ventura, who ranked 70th in the Artprice (Sales) Ranking of the art market worldwide in 2017-18 with cumulative sales of nearly $ 3,2 million. $. Locally, the market continues to rise thanks to two auction houses in Makati: León Gallery and Salcedo Auctions. The growing Art Fair Philippines, now in its fifth year, is also contributing to the market’s rise. The Danubiana Meulensteen Art Museum in Bratislava, Slovakia (Europe), has invited 23 artists from the Philippines for a show from 6 July to 8 September 2019

 

Elmer Misa Borlongan

ELMER MISA BORLONGAN est un artiste contemporain philippin, connu pour son expressionisme figuratif. Il a obtenu de multiples prix dont le Cultural Center of the Philippines (CCP) 13 Artist Award en 1994 et le 2004 Award for Continuing Excellence and Service, Metrobank Foundation. De nombreux travaux de l’artiste ont été vendus aux enchères comme 'Quiapo' vendu 209.385 $, son record, par la Leon Gallery, Makati, lors de 'The Magnificent September Auction 2016'.   ENG
Actualité
Elmer Borlongan participe à l'exposition collective "Yellow Ambiguities" à l'Ateneo Art Gallery à Manille, du 18 Août 2019 au 5 Javier 2020
Il est aussi exposé à 
la Secret Fresh Gallery à Manille
L’artiste
Elmer Borlongan est né en 1967 à Manille. Il s’est formé à la peinture sous la direction de Fernando Sena dès l’âge de 11 ans. Il est diplômé de l’University of the Philippines' College of Fine Arts (Major in Painting) (1987). Elmer Borlongan et sa femme, artiste, Plet C. Bolipata, vivent à San Antonio, Zambales.
Son œuvre
Elmer Borlongan peint des histoires du quotidien, de survie et d’endurance au milieu de la pauvreté et du désespoir. Son travail est caractérisé par une figuration stylisée, des têtes chauves, de grands yeux et des membres allongés. Elmer Borlongan a passé son enfance dans les centres-villes urbains de Manille. De fait, ses sensibilités, son choix de sujets et de thèmes, étaient dès le début en phase avec les luttes quotidiennes de la classe ouvrière philippine. C'est surtout sa représentation des sans-abris et des enfants des rues qui a attiré l'attention du monde de l’art philippin sur le jeune artiste au début des années 1990. Ses toiles suscitaient l'empathie mais l'artiste a aussi voulu montrer l'humour implicite dans la vie simple des gens. Après une collaboration avec le collectif ABAY à la fin des années 80, il rejoint le groupe d'artistes Salingpusa et plus tard, Sanggawa. Avec Salingpusa et Sanggawa, Elmer Borlongan utilise son talent pour la peinture figurative pour produire des toiles interactives à grande échelle, des œuvres qui ont été présentées en Australie, au Danemark et aux États-Unis, ainsi que d'importants projets muraux comme les peintures du Centenaire au Palais Malacanang, la résidence du président des Philippines. A la fin des années 90, Elmer Borlongan déménage à San Antonio, Zambales, une province rurale au Nord-Ouest de Manille. Entre les œuvres d’Elmer Borlongan avant et après 2002, on peut voir certaines différences. Quand il était basé à Manille, ses peintures figuraient la dégradation urbaine. Ses toiles étaient peuplées de mendiants décharnés essayant de gagner leur vie dans les rues de la ville, et ses couleurs étaient plus sombres. Après son installation à San Antonio, il a commencé à dessiner des scènes plus rurales : des vendeurs portant une bassine de poissons fraîchement pêchés, une famille assise dans ce qui ressemble à un bateau en tissu. Ses couleurs aussi sont plus lumineuses. Elmer Borlongan continue de dépeindre la vie des Philippins, des pêcheurs des provinces aux mendiants dans les rues des villes, aux conducteurs de jeepney.
L'artiste vient de publier un ouvrage intitulé « An Ordinary Man, An Extraordinary Life ». Son livre aborde deux thèmes : “My subjects in my paintings are ordinary people I see in my hometown of Mandaluyong, hence the title. The second book pertains to my extraordinary life as a painter”, explique l'artiste
Expositions
Elmer Borlongan a eu de nombreuses expositions aux Philippines et à l’étranger. Le Metropolitan Museum of Manila lui consacrait une exposition rétrospective "An Extraordinary Eye for the Ordinary", de Janvier à Mars 2018. En Février 2017, l’Ayala Museum à Manille organisait une exposition rétrospective de l'artiste, intitulée « In City and Country » qui retraçait sa carrière de 1992 to 2012. 
Citons quelques autres expositions personnelles de l’artiste aux Philippines : 2019 Book launch & Exhibition, Art Cube Gallery, Manila ; 2015 Labyrinth of Kinship, Pintô Museum ; 2003 Deboto, West Gallery, Mandaluyong City ; 2002 Teritoryo, Boston Gallery Cubao Quezon City ; 2001 A Decade of Drawing, Anita Gallery CASA San Miguel, Zambales ; 2000 Lifeline, Drawing Room, Makati City ; 1999 Mauway, Boston Gallery, Cubao Quezon City ; 1995 Barangay, Anita Gallery CASA San Miguel Zambales Tagapagmana, Hiraya Gallery, Manila ; 1994 God Bless Our Trip, West Gallery, Mandaluyong City ; 1993 Aki, Boston Gallery, Quezon City. Le travail d’Elmer Borlongan fait partie de grandes collections comme celles du Fukuoka Art Museum, Singapore Art Museum, Pintô Art Museum, parmi d’autres. Il était Artiste en Résidence à ARCUS Ibaraki, au Japon en 1996.
Elmer Borlongan faisait aussi partie des artistes sélectionnés par l'organisation Pintô International/Pintô Museum - qui promeut les artistes philippins à l'international - pour l'exposition "Living Earth: Contemporary Philippine Art" qui exposait les travaux de plus de 25 artistes contemporains philippins, à Milan, MAC (Musica Arte e Cultura), du 6 au 12 Mai 2019.

Louie Cordero

LOUIE CORDERO est un peintre et sculpteur contemporain philippin.  ENG
De nombreuses oeuvres de Louie Cordero sont vendues aux enchères comme ‘The Lead Brothers’ qui s'est vendue chez Christie’s Hong Kong ‘Asia Contemporary Art Day Sale’ en 2013 pour 38.642 $ ou 'Tsunami's Gift (Sweet Surrender) (2013) qui s'est vendu pour 10,940 $ lors d'une vente d'art contemporain asiatique chez Christies HK le 29 Mai 2016.
L'artiste
Louie Cordero est né à Manille en 1978 où il vit actuellement. Il est diplômé du College of Fine Arts de l'université des Philippines (2001). Il a déjà obtenu plusieurs récompenses comme l’Ateneo Art Award en 2004 et le Thirteen Artists Award décerné par le Cultural Center of the Philippines en 2006. Il a été artiste résident à la fondation Big Sky Mind aux Philippines de 2002 à 2004 et aussi au Vermont Studio Center aux Etats-Unis en 2003.
Son oeuvre
Louie Cordero tire notamment son inspiration de l’histoire politique complexe des Philippines. Il peint des monstres et zombies issus de la mythologie philippine, ponctués de sang, de « gore », et d’images militaires pour refléter le mélange éclectique et souvent violent de la culture locale et des héritages américains, espagnols et asiatiques. Dans son esthétique, il se sert de diverses sources comme le kitsch, la publicité indienne, les films B américains et les « romans de gare ». Il a créé et illustré lui-même une série de bandes dessinées underground « Nardong Tae » qui est culte aux Philippines et au Japon.
Dernièrement en 2017 il montrait dans son exposition 'Under Heavy Manners' à la Jonathan Levine Projects aux Etats-Unis, des peintures qui décrivaient la situation de vulnérabilité de son pays les Philippines.
Expositions
Depuis 2001, Louie Cordero est exposé régulièrement aux Philippines, à Singapour, et au Japon ; il a eu plusieurs expositions personnelles en Asie. Parmi ses dernières expositions, citons : en 2017 'Under Heavy Manners', Jonathan Levine Projects, LA, Usa ; en 2016 Sonsbeck 2016 Public Exhibition, dans le parc de Sonsbeck, à Amhem, Pays-Bas ; en 2011 'Slow Education', MoSapce, Manila, Philippines ; en  2010 'Sacred Bones', Jonathan LeVine Gallery, New York, USA 'Soft Death', Osage Gallery Soho, Hong Kong ; en 2009 'Soft Death', Osage Gallery, Singapour ; en 2008 'Absolute Horror, Mo Space, Manila, 'Pilgrimage to Semina Mountains', West Gallery. Manila ; en 2007 'Delbuyo, Giant Robot', Los Angeles, USA ; en 2007 'Neo-gativland', Magnet Gallery, Quezon City, 'Synthetic Fury, Finale Art Gallery Gallery, Quezon City, ' Bad Tastes', West Gallery, Quezon City, Philippines
Il a aussi exposé à la 3ème Biennale de Singapour en 2011 et à l’International Hong Kong Art Fair et participé à de nombreuses expositions collectives aux Philippines et à l'étranger. En 2015, il participait à l'exposition 'Open sea' consacrée aux artistes d'Asie du Sud Est, au MAC de Lyon, France. En 2016 il a exposé avec Joarding Isip à la Galerie Blanc, à Manille.
En Mai 2019, Louie Cordero et l'artiste turc Ali Elmacı, exposaient à la galerie Od’A-Ouvroir d’Art du Lycée français Sainte Pulchérie à Istanbul : "The Portrait : a story by Louie Cordero & Ali Elmacı".

 

Martin Honasan

MARTIN HONASAN est un artiste philippin contemporain parmi les plus prometteurs de son pays. En 2017 il a vendu pour 18,348 USD, une oeuvre intitulée Monologue (Diptych) (2014) à la León Gallery, Makati. 
https://martinhonasan.tumblr.com/
L'artiste
Martin Honasan est né en 1976 à Quezon city. Il a obtenu un Bachelor of Arts degree in Interdisciplinary Studies (Psychology and Communication Arts clusters) à l'Ateneo de Manila University. Il a ensuite travaillé comme directeur de marketing dans la publicité (1999-2001) puis créé sa propre société de graphisme (2001-2004) pour finalement revenir à ses premières amours : la peinture. Il vit et travaille à Marikina, Metro Manila.
Son oeuvre
Martin Honasan est apparu sur la scène artistique philippines en 2002. Il a tout d'abord réalisé des interprétations de scènes de rues basées sur des photographies, colorisées à l'aquarelle. Il s'est ensuite concentré exclusivement, presque obsessionnellement, sur les visages. "Je sens que je n'ai pas besoin de buste ou de trop de choses annexes pour exprimer ce que je veux dire dans mes peintures", déclarait -il. Martin Honasan attribue l'évolution dans son processus de création à sa compagne Barbie Almalbis, chanteuse et actrice. Il combine ainsi le portrait et des éléments de la nature (eau, terre, air et feu) comme matériaux de ses peintures. Il fait intervenir ces facteurs environnementaux qui influencent les aspects psychologiques et émotionnels de la moralité, l'existence et la spiritualité.
Martin Honasan scrute d'abord les textures, découpe les toiles, créant des plis et des rides, avant d'utiliser le pinceau et la peinture pour réaliser des visages présentés dans un univers chaotique. Il laisse son esprit partir à la découverte de caractéristiques faciales, à partir de schémas aléatoires d'un phénomène psychologique appelé paréidolie. Il tire son inspiration de visages de ses proches et réalise des portraits à l'aide de textures et de motifs précréés. «J’ai donné tellement de sens aux moindres détails de leurs expressions, pour mettre en valeur les subtilités de leurs visages», déclare Martin Honasan. L'artiste ajoute qu'il s'est aussi lentement habitué à incorporer des parties reconnaissables de son propre visage dans son travail.
Sa Series "River" (2018) est une vision de ce qu'il a pu voir en tant qu'habitant de Marikina. Elle est faite à partir de nouvelles découpes de tissus mélangées à d’anciennes restantes de travaux antérieurs, soumises à des manipulations : imprégnées, moulées, collées, teintées, perforées et déchirées. Des couches de peinture de différentes couleurs se dissolvent dans la boue, comme la boue et le mildiou accrochés aux structures, aux intérieurs et aux biens après les pires inondations. 
Martin Honasan a créé sa Series Bautismo (2019) pendant un ouragan tropical qui a balayé sa ville natale en 2018. "Bautismo s'inscrit dans la continuité de ma pratique actuelle consistant à explorer des modes de production basés sur les dommages, à créer des œuvres altérées, frappées, déformées et à utiliser le langage physique de la peinture (coups de pinceau, surfaces manipulées, teintes sélectionnées) pour aboutir à un portrait", rappelait l'artiste.
Expositions
Martin Honasan a eu plusieurs expositions personnelles depuis 2011 : 2019 "Bautismo", Art Cube Gallery, Makati, Philippines ; 2018 "River", Volta, New York ; 2017 "Speaking in Tongues", Blanc Gallery, Quezon City, "Pulô", Ayala Museum, Manila ; 2016 "Martin Honasan: Even These Stones Will Cry Out", YOD Gallery, Osaka, "Shadows of Things to Come" Boston Gallery, Vinyl on Vinyl, Manila ; 2015 "Everything is Created Twice", Cultural Center of the Philippines ; 2014 "Soil", Boston Gallery, Cubao, Quezon City, "Singularity", Art Galileia, Fort Pointe Building, BGC, Taguig, Philippines ; 2013 "The Weight of Glory", NOW Gallery, Makati City, "The Human Hide", The Crucible Gallery, Megamall, Mandaluyong City, Philippines ; 2012 "Then We Shall See", Ysobel Art Gallery, Serendra, BGC, Taguig, Philippines ; 2011 "Digging In The Dirt", Yellow Door Gallery, Power Plant Mall, Rockwell.
L'artiste a par ailleurs participé à diverses expositions collectives depuis 2005 : à Hong Kong, en Indonésie et au Japon, dans des foires comme Art Fair Philippines (2017), Art in the Park, Bazaar Art Jakarta, et Manila Art. En 2016 il était artiste en résidence à Osaka, au Japon.
En Octobre 2019, il participait à la foire artistique Asia Now, à Paris, présenté par la galerie vinyonvinyl de Manille.

Lao Lian Ben

LAO LIAN BEN est un artiste contemporain philippin qui réalise des peintures abstraites multidimensionnelles. Il est présenté comme un des pionniers dans l’art de l’assemblage aux Philippines. Avec des ventes cumulées de 318 964 $, Lao Lian Ben se situait au 483ème rang du classement Artprice (Produit des ventes) du marché de l’art dans le monde en 2015. De nombreuses œuvres de l’artiste sont vendues aux enchères dont « Wood Void » (1985), à la Leon Gallery, Makati, en 2015, pour 109,159 $ et 'Under the Influence of Moonlight' (1979) vendu à la Leon Gallery, Makati ('The Asian Cultural Council Philippines Art Auction 2017) pour 111,877 $.   ENG
L'artiste
Lao Lian Ben est né en 1948 aux Philippines. Il est diplômé de l’University of the East, School of Fine Arts, Major in Painting, Manila
Son œuvre
Lao Lian Ben est un peintre de l’abstraction. Il peint surtout des sculptures de murs. Il créé des mouvements par grandes couches de peinture, il superpose les objets et les matériaux. Il y a dans ses œuvres un jeu de contrastes entre des formes organiques libres et un ordre géométrique. L’artiste maîtrise magistralement les noirs, les blancs, les gris. Comme la vision d’un homme en recherche spirituelle, les peintures de  Lao Lian Ben dégagent un rayonnement de lumière. Lao Lian Ben explique que son art est à propos du silence. De ses œuvres pour la plupart monochromatiques, émane en effet une grande sérénité. Celles-ci conduisent surtout à une profonde contemplation plutôt dans le sens de la tradition zen. « Comme le bol vide d’un moine bouddhiste, les peintures de Lao Lian Ben, dans leur simplicité nue, sont une fête sans fin pour la pensée » (Leovino Ma. Garcia).
Lao Lian Ben peint des peintures de très grande taille, trois de ses dernières peintures « Into Light,” “Water” and “Monk’s Table” présentées lors de l’exposition ‘Lao Lianben, Black Water: A Monk’s Dream” en 2015, mesurent par exemple 10 feet by 8 feet, « Soot” et “Monk’s Table” mesurent 10 feet by 7 feet.
Expositions
Parmi les expositions personnelles de Lao Lian Ben, citons les plus récentes : en 2016/2017 "Sense of Light" Lao Lianben Solo Exhibition, Taipei, Michael Ku Gallery ; en  2015 ‘Lao Lianben, Black Water: A Monk’s Dream’, Blanc Art Space, Quezon city ;  en 2012, ‘Soot’, Blanc Penisula, Manila, ‘Remnant by Lao Lian Ben’, Capitana Gallery, Talisay City ; en 2009 ‘Lao Lian Ben’ Blanc Compound à Mandaluyong city.
Lao Lian Ben a aussi participé à de nombreuses expositions collectives dont : en 2016, Philippines Art Fair 2016, représenté par la Galerie Blanc ; en 2015 "Southeast Asian Abstraction: A New Dialogue ", Sotheby's Hong Kong, Philippines, Manila ; en 2014 "Framed Abstraction", CCP- Cultural Center of the Philippines, Manila ; en 2013 "Black And White Exhibit", Galleria Duemila, Pasay City ; en 2011 “Munnyfestation ", Blanc, Quezon City.
L’artiste a par ailleurs reçu plusieurs prix et distinctions : en 1995, Alumni Award, University of the East, en 1982 Mobil Art Award, en 1979 Critic's Choice, Ma-Yi Associates, en 1977 Second Prize Painting, Art Association of the Philippines, en 1975 Outstanding Achievement in Painting , University of the East, en 1968 First Prize, Graphic Art, Shell Art Competition.

Patricia Perez Eustaquio

PATRICIA PEREZ EUSTAQUIO, née en 1977, est une artiste philippine, reconnue au niveau international et considérée comme un(e) des artistes leaders de sa génération aux Philippines.
https://patriciaeustaquio.com

BIOGRAPHIE/OEUVRE    ENG
Actualité
Patricia Perez Eustaquio expose à la Yavuz Gallery Sydney, Australie, du 7 Novembre au 19 Décembre 2019, "Everywhere West, Everything East". 

Expositions
Parmi les exposition personnelles récentes de Patricia Perez Eustaquio citons : en 2018, "Conversation Among Ruins", Mind Set Art Centre, Taipei, Taiwan ; en 2017 "Still Life", Silverlens Gallery, Manila ; en 2016, "Flowers for X" by Patricia Perez Eustaqio, Yavuz Gallery, Singapour, en Juin 2016 ‘That Mountain is Coming’, Palais de Tokyo, Paris, Tyler Rollins Gallery, « Black Dust », en Février 2016, Silverlens Galleries, Manille ; en 2015 'The Hunters Enter The Woods' ; en 2014, Figure Babel, Taipei’s Mind Set Art Center ; en 2013 ‘The Future That Was’, Jorge B. Vargas Museum, Manille, 'The Future That Was', Tyler Rollins Fine Art, New York, NY, USA.
L'artiste a aussi participé à de nombreuses expositions collectives depuis 2002 comme : en 2019 et 2018 Art Basel Hong Kong ; 2017, 'Shared Coordinates: Edouard Malingue Gallery x Silverlens', Silverlens, Manila, "Translación", Silverlens, Manila, Art Fair Philippines 2017 ; en 2016, 'An Atlas of Mirrors', Singapore Biennale 2016, Singapore Art Museum, "The Road Not Taken Ch.2", Mind Set Art Center, Taipei, Taiwan, Museum of Contemporary Art and Design, Manila ; en 2015 The Vexed Contemporary, Museum of Contemporary Art and Design, Manila, Art Fair Philippines ; en 2014 'What does it all matter, as long as the wounds fit the arrows?', Cultural Center of the Philippines, Manila, Phylogeny of Desire, Metropolitan Museum of Manila, Art Basel Hong Kong 2014, Art Taipei (2014).
L'artiste a aussi collaboré à des spectacles de danse et des films comme costume ou production designer.

Jill Paz

JILL PAZ est une artiste Filipino-canadienne qui utilise dans son travail une technique très particulière de découpe au laser et des images numériques.
L’artiste
Jill Paz est née en 1982 à Manille aux Philippines. Elle a émigré aux Etats-Unis en 1983 avec sa famille. Elle a étudié la peinture au Columbus College of Art and Design où elle a obtenu son BFA (2004) et à la Parsons School of Design à New York, puis l’histoire de l’art à l’Université de British Columbia (2015). Elle a obtenu un Master en Arts Visuels au Columbus College of Art and Design (2015). A l’issue de ses études, elle est retournée aux Philippines, elle vit actuellement à Quezon City.
Son œuvre
Avec son travail, Jill Paz fait un retour aux sources. Dans son exposition ‘Homage ‘en 2017, elle revisitait le corpus d’œuvres du peintre philippin Félix Resurrección Hidalgo (1855-1913), une figure énigmatique de l’histoire de l’art des Philippines et aussi son arrière grand-oncle.
Jill Paz réalise un travail particulièrement original, fait à partir de photographies et de peintures, et à l’aide de programmes informatiques et de la découpe laser. Elle a ainsi programmé une machine de manière à pouvoir graver une image numérique sur du carton. Le rendu de son travail doit surtout être regardé de près pour en percevoir le montage. Jill Paz montre la nature transitoire et vulnérable de la peinture en tant qu’objets, tout en offrant la possibilité que le passé et ces objets puissent changer, se disperser ou bien se désagréger complètement. Le moment peut être opportun alors pour créer un art imprégné de vie et d’histoires du présent.
Dans son récent travail en 2018, ‘The Grove of Trees’, présenté à Art Basel HK en 2019, elle explorait la nécessité et les limites en matière de réparation et de rénovation. Jill Paz se réfère beaucoup à son expérience d’immigrée. Elle déclare : « Mon corpus récent explore un renouvellement de ma compréhension de ce que veut dire « home », qui est lui-même une relation paradoxale dans le sens où il représente à la fois un éloignement et un engagement. Mon étude sur l’Orient et l’Occident, le passé et le présent, s'incarne dans ma propre expérience de perte de culture. C’est ce plan rapproché personnel de ma vie que je mets dans mon travail et qui m’amène à intégrer une vision plus étendue de l’histoire et du monde ».
Du 2 septembre au 14 octobre 2019, Jill Paz et Annabelle Munoz Rio (France) exposaient  « Corps-Paysages » au Centre Intermondes à la Rochelle. Les oeuvres de Jill Pazz avaient été créés lors de sa résidence à Intermondes en 2018. Elle expliquait ainsi son projet : « Pour cette résidence je souhaite mener un travail de recherche anthropologique sur l’architecture militaire du XVIIe siècle et plus particulièrement les fortifications militaires de Vauban qui connectent la ville de St Martin de Ré à La Rochelle. Comme à Manille, ces architectures sont le testament du temps et de la puissance d’un lieu et d’une mémoire collective. »
Expositions
Jill Paz a eu plusieurs expositions personnelles depuis 2005 :  2018, 1335MABINI, Makati, ‘Forever is Composed of Nows, Archivo 1984 booth for Art Fair Philippines, Manila, Makati ; 2017 ‘Homage, Archivo 1984, Makati, Manila ; 2013 No/Where/NOW/Here’, Ohio Art League Gallery, Columbus (OH), Canada, ‘See the Sounds, I Hear the Colours’, Wild Goose Creative, Columbus (OH), Libertatem’, Roy G. Biv Gallery, Columbus (OH), ‘Everyone has a Summer, Wild Goose Creative, Columbus, (OH), ‘No/Where/NOW/Here, Stumptown, Portland (OR), Usa ;  2012, Vata, City Center Gallery, The Ohio State University's Urban Arts Space,Columbus, (OH) Canada ; 2011 La Turista, Backspace Gallery, Portland,(OR), Usa ; 2005 New Works, Rockwell Center, Manila, New Works, Wynsum Corporate Plaza, Manila ; 2004 Solo exhibition, College of Art and Design, Columbus (OH).

Elle a par ailleurs participé à de nombreuses expositions collectives dont les plus récentes : ASIA NOW 2019, présentée par la Patinoire royale/ galerie Valérie Bach, Bruxelles, Belgique, Vienna Contemporary, Vienna, Autriche, Far Away but Strangely Familiar’, Danubiana Museum, Cunovo (SK), The Grove of Trees, Discovery Sector, Art Basel Hong Kong 2019, (HK) ; 2018 'Forever is Composed of Nows', Archivo 1984 booth for Art Fair Philippines, Makati, Manila ; Art Fair Philippines, Archivo 1984, Makati ; 2016 Alte Feuerwache Lochwitz, Dresden (DE), Columbus Museum of Art, Columbus(OH), Canada, The Beeler Gallery at the Canzani Center, Columbus College of Art and Design, Columbus (OH) ; 2015 Project Space, Banff Centre, Banff Alberta (CA).

Maria Taniguchi

MARIA TANIGUCHI est une artiste contemporaine philippine. Elle réalise de grandes peintures (brick paintings) dans lesquelles elle explore les possibilités de formes. Elle utilise des techniques de transformation, des Series et des répétitions d’images. Elle réalise aussi un travail de sculpture, vidéo et photo. Les peintures de l’artiste tirées d’une série de 2008 (Untitled) présentées à l’Art Basel  Hong Kong en 2015 ont toutes été achetées par des institutions de Hong Kong et de Brisbane. Le 26 Novembre 2015, elle a reçu le prix Hugo Boss Asia Art 2015 au Rockbund Art Museum de Shanghai.  ENG
L’artiste
Maria Taniguchi est née en 1981 à Dumagete, aux Philippines.  Elle a étudié la sculpture à l’université des Philippines et obtenu son BFA (2006) puis à la Goldsmiths à Londres où elle a obtenu un MAF in Art practice (2009). Elle a ensuite poursuivi avec un programme post académique pour des artistes travaillant sur les images, le LuX associate artists Program, à Londres. Elle vit et travaille à Manille.
Son œuvre
Des briques volumineuses, qui peuvent mesurer jusqu’à 5 mètres de haut, une représentation ultra simpliste, une densité de matière, c’est en quelque sorte la signature de l’artiste. Au cours de ces cinq dernières années, elle a réalisé une série de grandes toiles dans lesquelles elle a étudié  les possibilités à l’intérieur d’une composition neutre, avec différentes configurations de surfaces. Depuis qu’elle a commencé en 2008 à faire son premier mur de briques, elle en a créé de très nombreux, tous intitulés ‘Untitled’. « Les gens regardent ce travail et voit des images abstraites, mais en réalité elles ont un but», explique Maria Taniguchi « Ces peintures prennent du temps et m’aident à réguler ma propre production, mes pensées ».
Expositions
Maria Taniguchi a eu de nombreuses expositions personnelles depuis 2003. Parmi les plus récentes, citons : en 2019, Maria Taniguchi, Carlier I Gebauer, Berlin, Allemagne ; en 2017, 'Maria Taniguchi', Silverlens gallery, Manila, 'Maria Taniguchi', Taka Ishii Gallery, Tokyo ; en 2016, Institute of Contemporary Art Singapore, Queensland Gallery of Modern Art (GoMA), Australie ( 8ème Asia Pacific Triennale of Contemporary Art), ‘Maria Taniguchi, Things That Can Happen’, Hong Kong, Maria Taniguchi, Ibid Gallery Londres ; en 2015 Maria Taniguchi, carlier/ gebauer, Berlin ; en 2014 Maria Taniguchi, Silverlens, Singapore and Manila, Philippines ; en 2013, Art Statements, Art Basel 44, Switzerland, ‘Without a Murmurat’ MCAD Manila ; en 2012, Maria Taniguchi, Silverlens, Manila, Philippines, End Frame Video Series 3: Untitled (Celestial Motors), Silverlens, Manila, Philippines, Rambler’s Association (with Adam Avikainen), ARTSPACE, Auckland, New Zealand ; en 2011 Echo Studies, Jorge Vargas Museum, Manila.
Elle a aussi participé à de très nombreuses expositions collectives depuis 2006 : en 2019 'Taka Ishii Gallery 25th Anniversary Group Exhibition: Survived!', Tokyo, Japon, "Primary Drives", Silverlans Gallery, Manila ; Biennale de Sydney 2018 ; 2016 APT8, Asia Pacific Triennial of Contemporary Art, Gallery of Modern Art (GOMA) and Queensland Art Gallery (QAG), Brisbane, Queensland, Australia, New Sensorium, ZKM | Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe, Maria Taniguchi and Sriwhana Spong, ICA Singapore, Group exhibition, Parasite, Hong Kong, Histories of a Vanishing Present, The Mistake Room, LA, USA ; 2015 Sights and Sounds: Global Film and Video, Jewish Museum, New York, USA, An exhibition of the moving images of Southeast Asia, Jim Thompson Art Center, Bangkok
Maria Taniguchi a reçu l’Ateneo Art Award en 2011 et 2012.
Maria Taniguchi est représentée par la galerie Silverlens à Manille.

Rodel Tapaya-Garcia

RODEL TAPAYA-GARCIA est un artiste contemporain philippin renommé et un des plus actifs en Asie du Sud-Est. Avec des ventes cumulées de 266 944 $, il se situait au 465ème rang du classement Artprice 2017-2018 (produits des ventes) du marché de l'art dans le monde.  ENG
L’artiste
Rodel Tapaya est né en 1980 à Montalban, près de Manille, aux Philippines. Après avoir remporté un concours international de peinture, il a ensuite reçu le prestigieux Top Prize aux Nokia Art Awards, ce qui lui a permis de suivre des cours de dessin et de peinture à la Parsons School of Design de New York et à l’Université d’Helsinki en Finlande. Il a terminé ses études au College of Fine Art de l'Université des Philippines dont il est diplômé. En 2011, il a remporté le Signature Art Prize décerné par l'Asia-Pacific Breweries Foundation et le Singapore Art Museum, un exploit pour un artiste philippin. Il vit et travaille à Bulacan, Philippines.

Son oeuvre

Rodel Tapaya mélange récits folkloriques et réalité contemporaine. Il étudie le monde par le prisme de contes populaires, légendes, mythologies philippines et recherches précoloniales. Il créé des montages fantaisistes de ses personnages, principalement des dieux et des fées, qu’il transforme en fantômes qui hantent une civilisation où ils dominent mais à laquelle ils n’appartiennent pas pleinement. Il mélange des formes de peintures modernes et traditionnelles et ses œuvres sont toujours très colorées. L’artiste utilise des supports comme l’acrylique sur toile, la peinture sous-verre, le diorama et le dessin. 
La peinture de Rodel Tapaya évoque souvent les peintures de Jérôme Bosch et de quelques autres peintres narratifs. Mais ce dernier témoigne d’un style unique en raison principalement de la particularité de la littérature populaire philippine. Dans une interview accordée au Philippine Daily Inquirer après avoir remporté le Signature Art Prize en 2011, Tapaya expliquait qu'il avait toujours considéré la «peinture narrative» comme son point fort et qu'il avait toujours cherché à raconter des histoires morales dans ses peintures.

Dans l'une de ses grandes peintures à l'acrylique sur toile intitulée, «Like a bird that leaves its nest is a man who leaves his home », Rodel Tapaya s'interroge sur le thème de la fuite et la relie à des idées d'affirmation de soi. Il aborde le fait de s'éloigner des zones de confort pour se diriger vers des zones de courage afin d'atteindre certains objectifs de la vie.

Les grands thèmes de l'amour et de la guerre sont à présent utilisés par le peintre dans ses grandes toiles. Tel son rappel d'une allégorie récurrente sur l'amour interdit, la légende de Luna et Mar dans son oeuvre, Full Moon.

Expositions

Citons les expositions personnelles de Rodel Pataya : 2018 "Myths and Truths", Tang Contemporary Art, Beijing ; 2017 "Rodel Tapaya", National Gallery of Australia, Canberra ; 2016 "Rodel Tapaya - Bright Coloured Butterflies" Galerie der Stadt Sindelfingen, Germany ; 2015 "ICA Off-Site: Hong Kongese", Hong Kong, Rodel Tapaya at Art Stage Singapore (2015) ; 2014 "Rodel Tapaya", ARNDT Berlin, Germany, "Bato-Balani" Ateneo Art Gallery, Quezon City, Philippines ; 2012 "Cloudland" Art Hongkong, Hong Kong, "Prism and Parallelism" BENCAB Museum, Baguio City, Philippines ; 2010 "Flowers of the Tongue" Vargas Museum, UP Campus Diliman, Quezon City, Philippines ; 2009 "Mythical Roots", SOKA ART Center, Beijing (2009).

L’artiste a aussi participé à plusieurs expositions collectives : 2019, "Far away, so close"!, A3, Arndt Art Agency, Berlin ; 2016 "Passion and Procession. Art of the Philippines", Art Gallery of New South Wales, Sydney, Australia, "Pinto. Manila Manhatten", West Village, NYC, USA, "20th Sydney Biennale", Sydney, Australia ; 2015 "June a Painting Show", Sadie Coles HQ, London, UK ; 2011 "Bisa: Potent Presences" at the Metropolitan Museum of Manila, Philippines ; 2009 "Thrice Upon a Time: A Century of Story in the Art of the Philippines" at the Singapore Art Museum, Singapore.
Rodel Tapaya-Garcia participait à ASIA NOW 2019, présenté par Tang Contemporary Art, en Octobre 2019

Rodel Tapaya était parmi les 13 artistes récompensés par le Cultural Center of the Philippines en 2012. Auparavant il avait été quatre fois proposé pour l’Ateneo Art Awards.

Ronald Ventura

RONALD VENTURA, né en 1973, est un des artistes contemporains les plus en vogue en Asie du Sud-Est, leader de la jeune génération d’artistes philippins. Avec des ventes cumulées de près de 3 millions $ (18 lots), il se situait au 66ème rang du classement Artprice (produits des ventes) du marché de l'art dans le monde en 2016-2017. Son oeuvre "Meeting Myths" s'était vendue 907 695 $ chez Sotheby's Modern and Contemporary Asian Art Evening Sale le 2 Octobre 2016. Son oeuvre « Voids and Cages » était proposée à l’Asian 20th Century and Contemporary Art Evening Sale, chez Christie's à Hong Kong, le 25 Mai 2019, pour un prix estimé entre 102,392 – 153,589 $. Elle s'est vendue 302,376 $. Le 5 Octobre 2019, il a vendu chez Sotheby's HK une peinture intitulée "Super than Superman" (2018), 664.652 $.
http://www.ronaldventurastudio.com/

BIOGRAPHIE/OEUVRE​    ENG
Actualité
Exposition personnelle de Ronald Ventura à la Primae Noctis Gallery, à Lugano, Suisse, du 16 Novembre 2019 au 10 Janvier 2020
Expositions
Ronald Ventura a eu sa première exposition personnelle en 2000, à la Drawing Room gallery à Makati City, intitulée 'All Soul Day". En 2009, il était exposé pour la première fois aux Etats-Unis, à la Tyler Rollins Fine Art Gallery à New York : 'Metaphysics.
Du 30 janvier au 4 mars 2017, le  MET Museum à Manille présentait une exposition de Ronald Ventura « Shadow Forest: Encounters and Explorations», constituée de diverses œuvres de Ronald Ventura, depuis ses lithographies datant des années 90 jusqu'à ses carrousels mécaniques de taille humaine de 2016.
Parmi ses autres expositions personnelles récentes, citons : en 2018-2019 "Comic Lives", Whitestone Ginza New Gallery, Tokyo, Japon . 2018 "Contemporary Chaos", Vestfossen Kunstlaboratorium, Norway ; "Territorial Crossing", Primo Marella Gallery, Milan ; en 2017 "Wild State of Mind", Tyler Rollins, New York ; en 2016, "Behind the clouds", The Drawing Room, Manila, "Project: Finding Home - Ronald Ventura Sole Exhibition", Museum of Contemporary Art (MOCA), Taipei, Part 2 of "The Hunting Ground" exhibition à la Primae Noctis Art Gallery à Lugano ; en 2015 Part 1 of "The Hunting Ground" Exhibition à la Primae Noctis Art Gallery à Lugano, Ayala Museum à Manille : 'Ronald Ventura: Big and small', Joel Mendez, MD Collection ; en 2014 galerie E.R. (Endless Resurrection), 'Bulul, Ronald Ventura and the traditional art of the Philippines', Museo delle Culture, Lugano, Suisse ; en 2013, 'Voids and cages', Galerie Perrotin, HK ; en 2012 'Watching the Watchmen', Vargas Museum, Manila, the Philippines, 'Recyclables', Singapore Tyler Print Institute, Singapore, Fiesta Carnival, Primo Marella Gallery, Milan, Italy ; en 2011 'A Thousand Islands', Tyler Rollins Fine Art, New York, USA, Humanime (I), Fine Art Centre, Taipei, Taiwan ; 'A Duad in Play, ICA' Gallery, Lasalle College of the Arts à Singapour en 2010.
Ronald Ventura a aussi participé à des expositions collectives : Asia Now 2019, « Diversity for Peace », Procuratie Vecchie, Venise ; 2018, Art Fair Philippines ; 2017 Asia Now, Paris Asian Art Fair, Paris, représenté par la Primo Marella Gallery de Milan, Art Fair Philippines 2017 (Shadow Forest: Encounters and Explorations) ; en 2016 Paris Asian Art Fair ; en 2011 'Surreal Versus Surrealism in Contemporary Art', Institut Valencià d’Art Modern (IVAM), Valencia, Espagne ; en 2010, Biennale de Nanjing et celle de Prague en 2009. 
Pour la onzième édition d'Art Jakarta, 2019, Ronald Ventura s'est montré audacieux avec sa conception d'un Bobro's World Tour Jakarta, un "man-cave" avec une salle de karaoké. Ainsi les visiteurs entraient par la bouche d'une immense sculpture dorée d'un chien rongeant un os.
En 2001, il s’était vu décerné le prix de l’artiste de l’année par Art Manila et en 2005
obtenait le prestigieux Ateneo Art Gallery, Studio Residency Grant, à Sydney, en Australie, pour sa série "The Human Study", travaux au graphite sur toile. 

Ryan Villamael

RYAN VILLAMAEL est un jeune artiste contemporain qui travaille le papier découpé dont il a fait un art sur la scène artistique philippine.  ENG
L’artiste
Ryan Villamael est né en 1987 à Laguna, Philippines. Il a obtenu son Bachelor Degree in Painting à l’Université des Philippines (2009). Il était aussi major en Arts Visuels. Après ses études, il a travaillé comme assistant pour Nona Garcia, Louie Cordero et Gary Ross Pastrana. En 2015, il a obtenu l’Ateneo Art Awards pour son oeuvre "Isles”. Il vit et travaille à Quezon city.
Son œuvre
Ryan Villamael a travaillé sur plusieurs medias avant de choisir le papier comme support et révéler des images exceptionnelles. "J'ai commencé à travailler avec du papier, non par désir, mais par nécessité", confiait-il. "J'ai réalisé que je pouvais dire ce que je voulais dire et faire ce que je voulais faire avec un matériau très simple", expliquait-il. Ryan Villamael, est guidé par les éléments conceptuels de la découpe du papier. Il construit des formes et des motifs en forme de frise en utilisant un espace négatif. Il utilise papier et feutre.
Très tôt, Ryan Villamael a montré un intérêt pour la nature, l’histoire, la géographie et un penchant pour un processus presque scientifique, comme sa mère. "On pourrait dire que la complexité de mon travail est ma façon de "singer" la précision de ma mère dans son laboratoire", expliquait-il. S’agissant de son amour pour les cartes, il explique : "Mon père a quitté la maison quand j'étais jeune et en grandissant, regarder des cartes était pour moi un moyen de communiquer avec lui, de retracer les chemins qu'il aurait pu suivre, d'essayer de voir les endroits où il pourrait vivre.
“Cut Felt”, était la première exposition personnelle de Ryan Villamael, à la Silverlens Gallery, Manille, en 2011 : une exposition de papiers découpés de papier à grande échelle avec des motifs étranges mais équilibrés. En 2015, il présentait "Behold a City", à la Silverlens Gallery à Makati City. Cette installation était pour lui comme une "lettre d'amour à la ville » : c'est sa propre carte de Manille, réalisée en façonnant des miroirs et en les plaçant à plat sur le sol pour imiter le système de rues, d'avenues et de voies navigables de la ville. Ryan Villamael a ensuite érigé des photographies découpées de sites du patrimoine les plus populaires du Vieux Manille, afin de créer des illusions en trois dimensions. Enfin, la lumière est utilisée pour créer des ombres sur les façades des bâtiments, permettant de voir ces structures sous un angle différent. Pour la Biennale de Singapour en 2016, l’artiste a créé une installation « Locus Aneomus » : il a ainsi rempli la serre du Singapore Art Museum de feuillages découpés dans des cartes philippines anciennes et contemporaines. En 2017, il présentait "Epilogue", toujours à la Silverlens Gallery : ses installations en papier – qui ressemblaient à de la matière organique plutôt qu’à des armes et à des vaisseaux synthétiques - étaient présentées sur des livres de guerre.  Pour Art Fair Philippines en Février 2019, il a re-utilisé son travail « Behold a City », un hommage à la ville de Manille.
Expositions
Citons les dernières expositions personnelles de Ryan Villamael : en 2019 "Paradis lost", Silverlens Gallery, Manila ; 2017 “Epilogue”, Silverlens, Manila ; 2016 “Unknown Land”, La Trobe University, Victoria, Australia ; 2015 “Behold A City”, Silverlens, Manila ; 2014 “Isles”, Silverlens, Manila ; 2013 “Territory”, Silverlens, Manila, “Kosmik”, West Gallery, Manila ; 2012 “Flatland”, Silverlens, Manila, Richard Koh Fine Art, Kuala Lumpur, Malaysia ; 2011 New Specimens, West Gallery, Manila, “Cut Felt”, Silverlens, Manila.
Ryan Villamael a aussi participé à de nombreuses expositions collectives depuis 2008, dont les plus récentes : 2019 Between the lines, Mizuma Gallery, Singapore, Art Fair Philippines ; 2018 Biwako Biennale, Omihachiman City, Shiga Prefecture (upcoming, 7 June), West Gallery, Manila, Arete, Ateneo Art Gallery, Manila Art Fair Philippines, Silverlens, Manila, EXit/ EXile/ EXodus: Voicing the Diaspora in Southeast Asian Contemporary Art, MAIIAM Contemporary Art Museum, Chiang Mai, Thailand ; 2017, Ayala Museum, Manila, Sydney Contemporary, Carriageworks, Australia Seascapes: Tranquility and Agitation, Metropolitan Museum of Manila, Art Basel, Silverlens, Hong Kong, Shared Coordinates, in collaboration with Edouard Malingue Gallery & ROH Projects, The Arts House, Singapor Translación, Inaugural Exhibition, Silverlens, Manila ; 2016 Singapore Biennale: An Atlas of Mirrors, Singapore Art Stage Jakarta, ROH Projects, Jakarta, Art Basel, Silverlens, Hong Kong, Art Fair Philippines, Silverlens, Manila ; 2015 In Transit, CCP, Manila, Secret Archipelago, Palais De Tokyo, Paris ; Art Fair Philippines, Silverlens, Manila.

L’Ateneo Art Awards - qui récompense les jeunes artistes contemporains - a permis à Ryan Villamael d’être accueilli comme artiste résident à La Trobe University Visual Arts Center à Bendigo, Australie, Artesan Gallery à Singapour and Liverpool Hope University au Royaume-Uni. 

Tous droits réservés
www.creationcontemporaine-asie.com
contact : mapadioleau@creationcontemporaine-asie.com