Artistes Vietnamiens contemporains

 
 
 

Artistes Vietnamiens / Art News

BAO VUONG
Les monochromes de la douleur de Bao Vuong

L’A2Z Art Gallery présente The Crossing, la première exposition personnelle de Bao Vuong dans sa galerie, du 3 au 26 Décembre 2020 (prolongée jusqu'au 9 Janvier 2021). Comme des centaines de milliers d’autres Vietnamiens, la famille de Bao Vuong a été contrainte de fuir un pays ravagé par la guerre. Aujourd’hui, l’artiste déverse cette mémoire émotionnelle dans des monochromes noirs en appliquant de grandes masses de peinture au couteau. Pour extirper le souvenir des blessures oubliées de son passé lointain, il a créé cette série picturale « The Crossing ». A la différence des Outrenoirs de Pierre Soulages, les reflets de lumière sur les vagues, sur les cieux et sur les rivages animent pour Bao Vuong l’instinct de survie des naufragés.

DIN Q. LE
Dinh Q. Lê fait partie des 40 artistes participant à l’édition inaugurale de l’Asia Society Triennial à New York, du 27 Octobre 2020 au 27 Juin 2021). L'artiste présente des rouleaaux de la Series WTC in Four Moments Series (2016), et une Four-channel video (2014).
Dinh Q. Lê est aussi présent à la Biennale de Bangkok 2020

 

First opened to the outside world in the early 1990s, Vietnam’s art scene has experienced slow but steady development. In Saigon there are not many art fairs to promote Vietnamese art or attract local or international visitors. And there are very few collectors or rich investors. However, attitudes seem to be changing with the organization of art markets in Hanoi and computerized auction sales at HCMC. There are now 10 art spaces in the country which contribute to promote Vietnamese art in both Hanoi and Saigon. Social networks also participate to the development of contemporary art. A 3 year project promoting artistic expression and creativity in Vietnam - funded by the European Union - has started mid-2018. Six hubs including VICAS Art Studio, Heritage Space, Hanoi Grapevine or San Art, collaborate to the implementation of Cultural and Creative Hubs Vietnam (CHV).​

 

Báo Vuong

BAO VUONG est un artiste franco-vietnamien émergent qui s’est récemment fait connaître par ses monochromes d’un noir profond, intense et symbolique.
Contact : https://www.baoartworks.com/
http://www.a2z-art.com/artists/artists/description/artistid/0000001006

L’artiste
Báo Vuong est né à Hô Chi Minh City en 1978. Sa famille ayant fui le Vietnam pour se réfugier en France, il a fait ses études à Toulon. Il a ainsi obtenu un Master en Arts Plastiques aux Beaux-Arts de Toulon (1999). Il est diplômé de l'Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (2001). Après plus de 30 années passées en France, Báo Vuong est retourné au Vietnam, en 2013 ; il vit et travaille à présent à Hô Chi Minh City.
Son œuvre
C’est précisément ce retour sur sa terre natale qui donnera à Báo Vuong toute son inspiration. Il entame alors un travail sur les portraits : des dessins au goudron de boat people (des mères, des enfants) ou des photographies anciennes délavées et maculées de goudron. Un thème cher à Báo Vuong, c’est l’oubli, les visages oubliés ou effacés des migrants. L'artiste explique : "J’ai commencé à peindre en utilisant du goudron pour représenter ces personnages, car en fait, nous étions restés très longtemps dans la cale du bateau, près du moteur, où l’odeur du goudron était très forte. C’est comme si cela s’était imprimé dans ma mémoire, et c’est ce que j’ai voulu retranscrire à travers l’utilisation d’une peinture noire et très épaisse".
L'artiste a aussi réalisé des installations en galettes de riz, moulages de visage, ou bien des photos de visages emprisonnés dans des sacs plastiques ou des bocaux.

Sa première exposition, en 2013, une performance sur un travail graphique in situ, sera censurée car elle rappelait des pans douloureux de l’histoire. Quelques temps plus tard, lui viendra l’idée de peindre la mer noire seule, dénuée de tout indice et de toute personne humaine, déjouant ainsi la censure.
Báo Vuong n’a pas de souvenirs concrets du temps passé en mer ou dans les camps. Il avait alors un an. Cependant, le traumatisme collectif reste ancré en lui. Aujourd’hui, l’artiste déverse cette mémoire émotionnelle dans des monochromes noirs, en appliquant de grandes masses de peinture au couteau. Pour extirper le souvenir de ces blessures oubliées de son passé, il a créé la série « The Crossing ». Ses peintures sont complètement noires, à la fois réalistes et abstraites. C’est une projection des nuits passées en mer par sa famille, ces mêmes nuits que des milliers de réfugiés ont vécu à travers les siècles, explique-t-il. Les reflets de lumière sur les vagues, sur les cieux et sur les rivages concentrent l’instinct de survie des naufragés, poursuit-il. Avec le projet « The Crossing », j’en suis pour l’instant à 25 ou 26 toiles, et cela n’est pas prêt de s’arrêter", déclare-t-il.
S'agissant de la comparaison souvent faite en France avec le célèbre artiste Pierre Soulages, Báo Vuong répond : "ce n’est qu’après coup que je me suis rendu compte que Pierre Soulages faisait de l’abstraction. Il ne voulait rien raconter d’autre que la beauté du noir, quand moi je m’inscrivais davantage dans une démarche réaliste, figurative. Je reproduis des vagues, des nuages. Ce sont deux propos très différents". 
« Oscillant entre abstraction et figuration, « The Crossing » permet à chacun d’observer, de vivre et de s’approprier une expérience de contemplation de la « lumière du noir ». L’expérience est très émouvante autant qu'impressionnante.
Expositions
Expositions personnelles de Báo Vuong :
2020 The Crossing, A2Z Art Gallery, Paris, France ; 2019 Xuyên/Another Crossing – Manzi – Hanoi, Vietnam ; 2018 The Crossing, Galerie Arts Ventures, Hô Chi Minh Ville ; 2016 'A Travers la Memoire', L’Espace – French Cultural Center, Hanoi.

2021 (à venir) The Vietnam Art House, La Haye, Pays-Bas

Expositions collectives

2020 Asia Now Paris, Singapour, A2Z Art Gallery Paris ; 2019-2020 A2Z Art Gallery ; 2018 – Zirma (Performance avec John Huy et l’UDG Dance Company) – Krossing Over Arts Festival, Ho Chi Minh Ville, Vietnam, Festival Krossing-Over, Musée des Beaux-Arts de  Hô-Chi Minh Ville, Vietnam ;  2017 « NGUCHONOBAY » – Galerie Quynh, Ho Chi Minh Ville ; 2016 – [Feel] in/out 2016 – memories x movements – Ecole Colette, Ho Chi Minh Ville.

Bùi Công Khánh

BUI CONG KHAHN né en 1972, est un peintre contemporain vietnamien, sculpteur, musicien, artiste video, performer. Il a  été un des premiers artistes vietnamiens à acquérir une réputation internationale dès les années 90 avec des performances qui interrogeaient sur les restrictions en matière d'expression dans le Vietnam communiste.

BIOGRAPHIE/OEUVRE

Expositions
Le travail de Bùi Công Khánh a été exposé dans les plus grandes villes vietnamiennes mais aussi en France, Cambodge, Corée du Sud, Thailande et aux Etats-Unis. Il a été en outre exposé dans des biennales internationales à travers le monde.

Bùi Công Khánh était parmi les finalistes du Sovereign Asian Art Price 2020
Sa dernière exposition personnelle "Porcelain Medals and jackfruit Wood Grenades" était organisée par 10 Chancery Lane Gallery, Hong Kong en Décembre 2018-Janvier 2019. 'Dislocate’ était jusque là sa plus grande exposition personnelle organisée à ce jour, au San Art avec le Factory Contemporary Arts Centre à Ho Chi Minh Ville, en Juillet- Août 2016. "Fortress Temple" en 2015 était une autre exposition personnelle de Bùi Công Khánh, à la Chancery Lane Gallery, Hong Kong. En 2013, il présentait "For Home and Country: New Social Installations" à la Yavuz Fine Art Gallery à Singapour. En 2010 il exposait "Life is consumption" au Sàn Art à HCMV.
Bùi Công Khánh par ailleurs participe à des expositions collectives comme : en 2020, " No rain without clouds, Preserving Vietnamese arts for the future", Vietnam Women Museum, Hanoi ; en 2019-2020  "Homo Faber: Craft in Contemporary Sculpture", Asia Cultural Center, Gwangju, Corée du Sud ; en 2019 Art Brussels 2019 ; en 2016 5ème Biennale de Singapour, Shapeshifting: Contemporary Art from Southeast Asia, Chancery Lane Gallery Art Projects, HK ; en 2014 'The Roving Eye: Contemporary Art from Southeast Asia', Arter, Istanbul ; 'Concept, Context, Contestation: Art and the Collective in Southeast Asia', BACC, Bangkok (touring), 2013-2015; 6th Asia Pacific Triennial of Contemporary Art, Queensland Gallery of Modern Art, Brisbane, 2009.
Il était parmi les artistes d'Asie du Sud Est invités au Paris Art Fair du 26 au 29 Mars 2015. 
Bùi Công Khánh est considéré comme un des artistes les plus intéressants de la jeune génération artistique vietnamienne. En 2018, il a ouvert le "Go Fish Studio" à Hoi An pour présenter l'art contemporain vietnamien. Pour la première exposition il a créé de nouvelles oeuvres et sélectionné deux jeunes artistes vietnamiens pour exposer avec lui : Nguyen Hai Dang et Nguyen Dinh Hoang Viet.  

Dinh Q. Lê

DINH Q. LE, né en 1968, est un des artistes contemporains vietnamiens les plus connus au plan mondial. C’est un artiste conceptuel qui s’est fait connaître dans les années 90 par ses images créées à partir de bandes de photos - tissées à la main - suivant une technique de nattage traditionnelle vietnamienne qu’il a apprise enfant.
https://www.facebook.com/dinh.q.le

BIOGRAPHIE/OEUVRE
Actualité
Dinh Q. Lê fait partie des 40 artistes participant à l’édition inaugurale de l’Asia Society Triennial à New York, du 27 Octobre 2020 au 27 Juin 2021). L'artiste présente des rouleaaux de la Series WTC in Four Moments Series (2016), et une Four-channel video (2014).
Dinh Q. Lê est aussi présent à la Biennale de Bangkok 2020

Expositions
Le travail de Dinh Q. Lê est exposé dans des galeries et musées en Asie, en Europe et aux Etats-Unis depuis 1990. En 2003, six des travaux de sa série ‘From Vietnam to Hollywood’  étaient montrés à la Biennale de Venise. Cette série montre aux spectateurs comment leurs idées sur la guerre ont été fabriquées par les descriptions de Hollywood. En 2010 le Musée d’Art Moderne (MOMA), New York, a exposé puis acheté son installation video ‘The Farmers and the Helicopters’.
Parmi ses expositions personnelles récentes, citons : en 2020 Dinh Q. Lê/Screenprints, "Fragile Springs", Elisabeth Leach Gallery, Portland, Usa ;
en 2019, "Pure Land", Tang Contemporary Art, Bangkok ; 2018-2019 "True Journey is Return", San Jose Art Museum ; 2018 "Monuments and Memorials", STPI Singapore, "Skin on skin", 10 Chancery Lane Gallery, HK ; 2017 Dinh Q. Lê - The Scrolls: Distortion, Shoshanawayne Gallery​, Santa Monica, USA ; 2016 "The colony" (video work), Ikon Gallery, Birmingham, Royaume-Uni ; en 2015, "Memory for tomorrow", Mori Museum, Tokyo, Japon ; en 2014, Warp, Woof, Zero, One, P·P·O·W, New York, Crossing the Farther Shore, Rice University Art Gallery, Houston, TX  ; en 2012, Erasure, Chancery Lane Art Gallery Projects, Hong Kong, Remnants Ruins, Civilization, and Empire, Soshana Wayne Gallery, Santa Monica CA ; en 2011, Dinh Q Lê:  Saigon Diary, University of Buffalo Anderson Gallery, Buffalo, NY, Erasure, Sherman Contemporary Art Foundation, Sydney, Australie, Dinh Q. Lê, Prince Claus Fund Gallery, Amsterdam, South China Sea Pishkun, Ikon Gallery, Birmingham.
Dinh Q. Lê participait à l'exposition collective "After Darkness: Southeast Asian Art in the Wake of History" à l'Asian Society, New York, du 8 Septembre 2017 au 21 Janvier 2018. Il a participé à différentes expositions collectives ces dernières années comme Art Basel HK 2017, EXPO Chicago 2014, The Armory Show 2014, SEVEN, Miami, 2012.
Dinh Q. Lê exposait au San Jose Museum of Art, Usa, Californie, du 14 Septembre 2018 au 7 Avril 2019 : "Dinh Q. Lê: True Journey Is Return". L'exposition présentait quatre installations vidéo et photographiques majeures mêlées à des récits de guerre et de migration, ainsi qu'une sélection de photos tissées florales rarement vues.

Ha Manh Thang

HA MANH THANG est considéré comme un des jeunes peintres les plus importants du Vietnam. Son œuvre s’inspire des documents socio-politiques et de références culturelles.
Contact : https://hamanhthang.com/

L’artiste

Ha Manh Thang est né en 1980 dans la province nord de Thai Nguyen. Il est diplômé de l’Université des Beaux Arts de Hanoi (2004). Il vit et travaille à Hanoi.

Son œuvre

Les peintures de Ha Manh Thang – sur toile ou papier – sont riches en texures et significations. L’artiste s’est fait connaître avec ses séries de peintures colorées et en même temps sarcastiques sur des sujets comme la tradition, la modernité et l'influence du consumérisme depuis le Doi Moi, l'ouverture économique du Vietnam.
Ha Manh Thang s'inspire des thèmes de la mémoire, de l'histoire et du patrimoine culturel - des tours anciennes d'Angkor Vat et des maisons villageoises sporadiques dans le nord rural du Vietnam aux vieux costumes utilisés par les empereurs et les familles royales pendant les dynasties Le et Trin -. « Mes œuvres habituellement mêlent des images de ma propre histoire culturelle et de la culture pop avec les nécessités sociales que je rencontre dans la vie contemporaine ", explique l'artiste.
Ces dernières années, l'œuvre de Ha Manh Thang avait un thème général qui couvrait les "Paysages du Vietnam" dont est tirée sa Série « Le lac ». Il poursuivait son exploration sur la signification et l'idéalisation attribuées aux bâtiments traditionnels dans un environnement spécifique, tel que dicté par les lois du Fung-Shui. Les bâtiments traditionnels tels que les temples ou les maisons communales paraissent invisibles à première vue mais sont, après un examen plus attentif, clairement et nettement définis.
Dans ses travaux actuels, Ha Manh Thang étudie toujours les structures architecturales emblématiques du Vietnam, les réduisant à leurs formes essentielles, les isolant de leur contexte et remettant en question leurs rôles et significations.
« Passage of Time – a poetic meditation – était la première exposition personnelle de Ha Manh Thang à Hong Kong. Il y présentait deux séries “Circle of Time”– sur la signification des symboles qu’on trouve dans les objets antiques et sa Series "The Lakes". Dans son exposition personnelle fin 2018-2019, “Ellipses”, l'artiste a tiré son inspiration d'une série de poèmes du Moyen Age, de Li Bai et Du Fu. Son travail avait la sophistication de l'art moderne occidental, tout en gardant un esprit asiatique, il voulait nous rappeler le passé et les regrets de ce qui est perdu. Dans sa dernière exposition fin 2019 à la galerie Quyhn, Ha Man Thang évoquait le changement de saison et le mélange de mélancolie et d'émerveillement qu'il a éprouvés à la vue de magnifiques antiquités. L'artiste s'est en effet inspiré de sa large collection d'antiquités vietnamiennes.
Expositions

Parmi les expositions personnelles les plus récentes de Ha Manh Thang, citons : en 2019 "Landscape/Mindscape", Galerie Quynh, Ho Chi Minh city ; en 2018-2019, “Ellipses”, Vincom Center for Contemporary Art, Hanoi ; en 2017-2018 « Passage of Time – A Poetic Meditation », Affinity Art Gallery, Hong Kong ; en 2016 « The Lake », Art Tapei ; en 2015 ‘’Far in the North’, L’Espace, Institut Francais, Hanoi, ‘KHÓI SÓNG’, Galerie Quynh, Ho Chi Minh City ; en 2014 ‘Fading Dreams - Disintegrating Realities’, Thavibu Gallery, Bangkok, Thailand ; en 2013 ‘HEAVEN IS A PLACE’, Galerie Quynh, Ho Chi Minh City ; en 2010 ‘Not Memory’, Bui Gallery, Hanoi.
L’artiste participe aussi à des expositions collectives dont les plus récentes : 2020, " No rain without clouds, Preserving Vietnamese arts for the future", Vietnam Women Museum, Hanoi, "Beyond", Affinity Art Gallery, Genève, Suisse ; 2019, "Square", Affinity Art gallery, Hong Kong, "Shared inspiration", National Art Museum of China, Beijing ; 2017 ‘The Foliage’, Vincom Center for Contemporary Art, Hanoi, ‘The Three-Cornered World’, Galerie Quynh, HCMC ; 2016 ‘Vietnam Eye: Contemporary Vietnamese Art’, Casa Italia, Hanoi, ‘Dérive’, Galerie Quynh, HCMC ; 2015 I Bienal del Sur: Pueblos en Resistencia, Museo de Bellas Artes, Caracas, Venezuela ; 2014 ‘Being Present’, Galerie Quynh, HCMC, ‘drop’, Galerie Quynh, Ho Chi Minh City, Vietnam in the shadow of appearances, Galerie Quynh, HCMC, ‘Onward and Upward’, Galerie Quynh, HCMC ; 2013 Grapevine Selection, Vol 1, Hanoi Fine Art Museum, Hanoi ; 2012 ‘Revealed Concealed Altered Icons’, Galerie Quynh, ; 2011 Instruments of Meditation: Works of Art from the Zoltán Bodnár Collection, Reök Palace, Budapest, Hungary.
Considéré comme l'une des plus grandes figures de la jeune génération de l'art contemporain au Vietnam, il a été présenté dans la grande publication internationale Phaidon "Painting Today" en 2009. C’est le seul artiste vietnamien à avoir été présenté aux côtés d'artistes de renom tels que Gerhard Richter, Jumaldi Alfi ou Zhang Xiaogang.
Ses œuvres font partie de la collection permanente du Singapore Art Museum, de la Collection du Royal Melbourne Institute of Technology (RMIT), de la collection Zoltán Bodnár (Budapest) et de la Collection Born (Allemagne).
Une toile de Ha Manh Thang "Fading Spring 6" a été achetée par la National Museum of Art of China à Beijing début 2019

Hom Nguyen

HOM NGUYEN est un artiste français d’origine vietnamienne, né à Paris. Il est devenu maître dans l’art du portrait.
Contact : https://www.hom-nguyen.com/
L’artiste
Hom Nguyen est né à Paris en 1972. Devenu très jeune chef de famille auprès des siens démunis, il n’a pas fait d’études d’art mais il a toujours été passionné par le dessin. C’est un autodidacte. Cireur de chaussures pour gagner sa vie à ses débuts, il est devenu spécialiste de la patine de chaussures de marque en 2009. Il a ainsi travaillé les couleurs de cuirs et même dessiné sur des chaussures. Il est ensuite revenu à la peinture et au dessin. En 2009, il s’installe dans un grand atelier à Bagnolet et en 2011 commence des portraits monumentaux sur toile. Il a travaillé notamment avec le designer Ora-Ito (en 2011) qui l’a introduit dans le monde de l’art et du design.
Son oeuvre
Hom Nguyen est fasciné par le visage humain : ses portraits composent l’essentiel de son oeuvre. Il travaille au fusain, au feutre gouache, à l’huile voire même au stylo. Il jette la peinture sur la toile, il utilise la technique du crayonné pour faire ressortir les volumes. Son geste insiste sur le mouvement et la profondeur du trait. Sa liberté gestuelle peut s’apparenter au street art. « Chacune de ses toiles apparait tel un combat, un corps à corps avec la matière d’où surgit une volonté : révéler le plus profond de l’être humain à travers les traits et la couleur. Ses œuvres capturent et transcendent ainsi la profondeur des sentiments et la complexité des émotions qui bouleversent l’âme humaine ». Sans tenir compte de la notion de statut social ou de beauté physique de ses sujets, l’artiste s’intéresse aux expressions et aux mouvements de l’âme cachés derrière la physionomie de chacun. Le grand format confronte aussi le spectateur directement au sujet, le rendant d’autant plus personnel. Hom Nguyen est souvent comparé à Jason Pollock, pour sa part il aime beaucoup Alberto Giacometti et Lucian Freud.
Si l’artiste a fait le portrait de nombreuses stars françaises et internationales – de Serge Gainsbourg, Mick Jagger, Sophie Marceau, Gandhi, John Fitzgerald Kennedy à Ali Bongo - il a aussi croqué d’illustres inconnus ou des enfants. « Il faut que leur visage m’intéresse. Ce n’est pas leur beauté, ni leur notoriété qui m’interpellent mais leur expression. Ce que leur physionomie, les sentiments et l’émotion qui y flottent traduisent », déclare-t-il. En 2015, il présentait à l’A2Z Art Gallery à Paris une série sur la boxe, « Le combat du siècle », où il dévoilait une vingtaine de portraits de boxeurs célèbres : de Sugar Ray Robinson à Mohamed Ali, en passant par George Foreman et Marcel Cerdan ou encore Jean-Marc Mormeck. Hom Nguyen rendait hommage à Edith Piaf avec un portrait qui est exposé depuis le 20 Février 2019 à l’hôpital Tenon (où est née la chanteuse), au coin de la rue de la Chine et de la rue Belgrand, 75020 Paris. L'oeuvre originale est installée dans le hall d'accueil du batiment Meyniel de l'hopital Thonon.
Hom Nguyen a par ailleurs deux thématiques majeures dans son travail : l’exode et la transmission (lire la suite)
Expositions
Hom Nguyen s’est réellement fait une réputation et il expose régulièrement en France. Citons ses dernières expositions personnelles : 2020 "Empreinte", NAG Paris (Natacha Dassault Art Gallery); 2019 Miaja Gallery, Singapore ; 2019, L'Embarcadère, Montceau les Mines, France, Solo show, Calvi, France, "Racines", Château Madame de Graffigny, Villers-Lès Nancy, France, solo show Hong Kong ; 2018 « Dark Side », A2Z ART Gallery, Paris, « Voyage » galerie Station, Paris,  « Life’s Doodles», Sofitel, Bangkok, Thailande L'artiste participait à Asia Now 2019, présenté par l'A2Z Art Gallery  (lire la suite)

Nguyễn Thái Tuấn 

NGUYEN THAI TUAN est parmi les artistes contemporains vietnamiens les plus importants, dont la réputation va croissante à l'étranger. L’histoire du Vietnam est au cœur ses peintures.
L’artiste
Nguyễn Thái Tuấn  est né à Quang Tri au Vietnam en 1965. Il est diplômé du Hue Fine Arts College (1987). Il vit et travaille à Dalat, Vietnam.
Son oeuvre
Les peintures de Nguyễn Thái Tuấn sont caractéristiques car elles représentent souvent des corps sans tête et sans membre. Les personnages semblent torturés ou détenus. Dans son enfance durant la guerre du Vietnam, Nguyễn Thái Tuấn a en effet été témoin de beaucoup d’atrocités. Sa peinture Black Painting n°40 (2008) fait par ailleurs référence à la Réforme agraire de 1955 qui a donné lieu à un bain de sang dans tout le nord du Vietnam. Le travail de Nguyễn Thái Tuấn interroge ainsi l'histoire et la fragilité des valeurs humanistes et l'affirmation de la subjectivité en opposition au pouvoir politique. Sa pratique artistique est aussi ancrée dans la symétrie de la plénitude et de l'absence.
Les personnages de Nguyễn Thái Tuấn semblent éthérés et fantasmagoriques, leurs formes se détachant sur un fond monochrome sans particularité. « Black Paintings » est ainsi une série d'une centaine de peintures à l'huile où la forme humaine prend sens par son absence. Cette omission du détail humain, masqué dans une couleur suggérant l'obscurité, l'ignorance ou le vide, est délibéré chez l'artiste. Celui-ci explique 'Les ténèbres contiennent toujours du mystère et de l'inconnu. L'obscurité suscite la curiosité des gens pour pénétrer à l'intérieur et trouver la vérité cachée, mais elle crée aussi inquiétude et turbulence »
Dans son exposition «Fullness of Absence» (Sàn Art 2011), l'artiste a peint des hommes et des femmes entièrement vêtus et dépourvus de corps, assis dans des espaces apparemment anonymes, semblables à une chambre d'hôtel, où la direction de la lumière crée des ombres particulières sur le sol et les murs. Dans sa Série Heritage, Nguyễn Thái Tuấn montre en arrière-plan des bâtiments et des monuments liés à l'histoire vietnamienne. Il cherche ainsi à représenter un espace critique entre le passé et le présent. Les intérieurs picturaux de Nguyễn Thái Tuấn sont inspirés en partie par l'enceinte du palais de l'empereur Bao Dai, le dernier roi vietnamien de la dynastie Nguyen. Au travers de ces réminiscences, il cherche à décrire les phases sociopolitiques du Vietnam, du colonial, à l'impérial, au prolétariat, aux «petits bourgeois», aux «nouveaux acquéreurs».
Les peintures de Nguyễn Thái Tuấn peuvent rappeler le moderniste américain, Edward Hopper, dans son traitement de la couleur et dans la représentation des espaces intérieurs.
«Bien que Nguyễn Thái Tuấn soit largement respecté au Vietnam, une de ses expositions a été censurée et, comme beaucoup d'artistes dans son pays, il navigue dans un équilibre délicat entre une pratique artistique indépendante et le défi du statu quo ».
Expositions
Nguyễn Thái Tuấn a commencé ces dernières années à se faire mieux connaître à l’international.
Parmi ses expositions personnelles, citons : en 2015 Simulacrum, Primae Noctis Art Gallery, Lugano, Switzerland ; en 2014 Heritage, Primo Marella Gallery, Milan, Italie ; en 2011 Fullness of Absence, Sàn Art, Ho Chi Minh City, Vietnam ; en 2008 Black Painting, Sàn Art, Ho Chi Minh City, Black Painting, New Discovery, Shanghai Art Fair.
L’artiste a aussi participé à de nombreuses expositions collectives depuis 1990 dont les plus récentes : en 2014 “Chorégraphies Suspendues”, Carre d’Art, Nimes, France ; en 2012 7th Asia-Pacific Triennial of Contemporary Art, Queensland Gallery of Modern Art, Brisbane, Australie, Deep S.E.A, Primo Marella Gallery, Milan, “Four Rising Talents from South East Asia”, 10 Chancery Lane Gallery, Hong Kong ; en 2011 1,2,3,4,5,6,7,8, Bui Gallery, Hanoi, Vietnam ; 2010 “Within Emptiness”, 10 Chancery Lane Gallery, HK ; 2009 “Time Ligaments”, 10 Chancery Lane Gallery, (co-organized by Sàn Art, Vietnam), HK ; 2007 “Voices of Minorities”, Chrissie Cotter Gallery, Sydney, Australie.
Nguyễn Thái Tuấn participait à Asia Now 2019, Paris Asian Art Fair 2017, représenté par la Primae Noctis Art Gallery. Cette dernière a publié en 2015 une monographie de l’artiste : ‘Demetrio Paparoni, Nguyên Thái Tuân : Black Painting & Heritage (Catalogue).
Les œuvres de Nguyễn Thái Tuấn font partie d’importantes collections d'art internationales publiques. Plusieurs œuvres de l'artiste ont été vendues aux enchères dont «The Negotiator» vendu à Larasati Auctioneers, Singapore Modern & Contemporary Art, en 2014.

Pham Huy Thông

PHAM HUY THONG est actuellement un des artistes vietnamiens contemporains les plus prometteurs.
https://fr-fr.facebook.com/artistphamhuythong
L’artiste
Pham Huy Thông est né en 1981 à Ha Tay au Vietnam. Il est diplômé de l’Hanoi Industrial Fine Arts University: Bachelor of Fine Arts, Major in Graphic Design (2004). Il vit à Hanoi.
Son œuvre
Pham Huy Thông travaille la laque vietnamienne, l'acrylique et les techniques mixtes. Ses peintures sont couvertes de symboles et de messages. Son travail a été défini comme un commentaire politique et social sur des questions d'actualité. « C’est un artiste avec une conscience ».
« Depuis que j'ai commencé à donner à mes peintures plus de sens, d'histoires et de réflexion, le travail de la laque m'a semblé me faire perdre beaucoup de temps. Ce n'est pas amusant de devoir attendre des mois pour savoir si une idée a bien fonctionné sur une surface en laque, alors j'ai essayé d'autres matériaux comme l'acrylique, l'aquarelle, l'encre et l'huile […] Parfois, pour m'exprimer différemment, j'essaie aussi de faire des installations et des performances. L'art que j'ai fait au tout début était essentiellement des portraits ou des peintures auto-réfléchissantes, poursuivait-il. Mais autour de 2006-2007, « j'ai commencé à essayer d'exprimer ma pensée et ma compréhension de sujets plus sérieux tels que les questions politiques ou sociales. Ma première exposition personnelle en 2006 a été une installation d'une pièce qui dépeignait la pluie et les gens qui couraient sous elle essayant de se cacher d'une menace commune, instinctivement et montrant leurs propres manières individuelles d'essayer de rester au sec ».
Dans son exposition “Dong Bao”, l’artiste présentait une série de peintures à l’huile et à l’acrylique réalisées entre 2009 et 2010, pour lesquelles il a utilisé des images iconiques du Vietnam afin de redessiner l’histoire de la nation. Ces peintures étaient basées sur des gravures traditionnelles de Don Ho. « J'ai pris la même composition mais je les ai recréées avec des problèmes de la vie moderne ».
J’ai pu, sur la base d’anciennes copies critiquer la situation actuelle dans un contexte d'histoire sociétale, explique Pham Huy Thong. Le premier tableau de sa Series Dong Bao, a, semble-t-il, été complété significativement et symboliquement un 30 avril pour coïncider avec la datation de la photographie de la veille de la Chute de Saigon en 1975.
S’agissant de sa Series « Hands » en 2012, Pham Huy Thong déclare : « J'ai pensé qu'en remplaçant les têtes de personnages par des mains, les personnages paraîtraient bizarres et amèneraient le public à se demander ce que ces gens pensent et font. J'ai choisi les mains parce que les mains sont très « humaines » et capables d'exprimer de l'émotion ».
Parlant de sa Series Hope, l’artiste explique : la Series Hope - lancée en mars 2014 - met l'accent sur l'exploitation du thème lié aux agriculteurs ruraux et aux travailleurs urbains pauvres. Le processus d'urbanisation et de modernisation du Vietnam a ainsi créé un fossé croissant entre les riches et les pauvres. Ceux qui ont une faible position dans la société sont de plus en plus marginalisés. En période de crise économique, l'écart d'inégalité ne diminue pas mais est exacerbé ». Les peintures de la Series Hope exploitent le contraste entre les images de nuages d'orage représentant l'avenir incertain des pauvres et les images de nuages blancs comme l'espoir qui monte dans leurs coeurs.
Expositions
Pham Huy Thông a déjà eu plusieurs expositions personnelles : en 2018 "Hope 2.0", Craig Thomas Gallery, HCMC ; 2015 “Hope”, Craig Thomas Gallery, Ho Chi Minh City ; 2012 “Hands”, Craig Thomas Gallery, Ho Chi Minh City, “Strange Dreams”, Ernst 1 Young Office, One Raffle Quay, Singapore ; 2010 “Dong Bao”, Bui Gallery, Hanoi ; 2010 “Touch the glory”? performance, Temple of Litterature, Hanoi ; 2009 “Updated”, L’Espace, Hanoi ; 2006 “Rain”, installation exhibition, Bookworm Art Space, Hanoi.
Il a par ailleurs participé à de nombreuses expositions collectives depuis 2005, dont les plus récentes : 2016 “Semangat”, Petronas Gallery, Suria KLCC, Kuala Lumpur, Malaysia, Asia Silklink International Art Exhibition” ASIAE, University of Art Museum of Guangzhou Academy of Fine Art, Guangzhou, China, Nanjing Museum of Fine Art, Chine, China, South Asia, Southeast Asia International Art Exhibition (Oil paintings), Yunnan Art Museum, China ; 2014 “Sasaran International Art Festival”, Kuala Selangor, Malaysia ; 2013 SEA+ Triennale, Indonesia National Art Gallery, SEA+ Triennale,Indonesia National Art Gallery ; 2011 “Closer & Closing”, Goyang National Art Studio, Seoul, S-Korea, Asia International Art Exhibition 26th, Hangaram Museum, Seoul Art Center, Haslla Art World International Residency Program Exhibition, Haslla Museum, Gangneung,Korea, “Here, There and Every where”, Hamden Gallery, UMASS, USA.
Pham Huy Thong a aussi exposé dans de nombreux musées : National Art Gallery (Malaysia), The University City Art Museum of Guangzhou Academy of Fine Arts (China), Singapore Art Museum, Villa Fridheim Museum, Krødsherad (Norway); Kyoto City International Exchange Hall, Japan Foundation Forum (Tokyo), Sapporo Miyanomori Museum (Japan); Hanggaram Museum (Korea).
Ses oeuvres font partie de la Witness Collection of Modern and Contemporary Vietnamese Art, Vietnam Fine Arts Association Institute of Vietnamese Contemporary Art, et la Rimbun Dahan Collection in Kuala Lumpur, Malaysia, ainsi que de nombreuses collections privées. 

Lê Quý Tông

LE QUY TONG est un artiste contemporain vietnamien. Sa Series "Bridge", le Long Bien Bridge, un symbole à Hanoi, est très connue des professionnels de l’art et du public. Quelques-unes de ses œuvres ont déjà atteint aux enchères 12 000 $.
Contact : http://lequytong.com/
L'artiste
Lê Quý Tông est né en 1977 à Hanoi. Il est diplômé du Hanoi Fine Art Institute (Département de peinture) (2001) où il est actuellement chargé de cours.
Son œuvre
De sa ville, Hanoi, Lê Quý Tông offre une palette de couleurs mais il propose surtout un nouveau ressenti en utilisant des tons de gris, bleus, voire des non couleurs. Au début de son travail, les paysages qu’il dépeint ne montrent aucun humain mais plutôt le processus de modernisation et d’industrialisation de sa ville. Lê Quý Tông a aussi réalisé des portraits qui sont une étude de lui-même. L’intensité de ses portraits est renforcée par l’habileté de l’artiste à capter l’humeur et la lumière sur son visage. Le temps, la mémoire, le vide, le doute, le questionnement sur le sens des choses et des évènements sont ce qui guide Lê Quý Tông.
Lê Quý Tông est entré sur la scène artistique vietnamienne avec une exposition impressionnante à l’Espace-Centre Culturel Français à Hanoi en 2006, montrant une collection de peintures à l’huile de grands formats du Long Bien Bridge, un symbole à Hanoi. Les spectateurs ont tout de suite adhéré à son travail. Il apportait là une sorte de nouvelle vision de la scène artistique de Hanoi au tout début du 21ème siècle.
En 2007, il proposait sa deuxième grande exposition avec une collection de 22 peintures grands formats sur sa ville, un Hanoi d’une grande créativité, emplie de fortes émotions, mais peinte malgré tout de façon assez romantique. A travers la plupart de ses peintures, on pouvait voir le nouveau visage de l’Hanoi moderne, comme les Vietnamiens peuvent le voir. Lê Quý Tông ne veut pas peindre l’âme de sa ville aimée dans une approche traditionnelle ; il veut montrer sa ville en mouvement et ce que çà sous-tend, c’est-à-dire l’essence d’une nouvelle génération, la sienne, avec toute son émotion et sa sincérité.
Fin 2015, le Manzi Art Space d’Hanoi organisait une exposition de Lê Quý Tông, intitulée ‘True Blue’ qui montrait son travail au cours de ces dernières années pendant lesquelles il a étudié de nouvelles techniques et de nouveaux thèmes. Le résultat montrait une évolution dans les pratiques de l’artiste qui le positionne actuellement parmi les forces les plus créatives d’Hanoi. Chacune de ses œuvres a comme point de départ des documents photographiques sur des réunions politiques importantes qui ont influencé le cours de l’histoire. Les images, toutes rassemblées mettent en relief les grands traits de tous ces meetings – des grands halls remplis de lourdes chaises, de grandes tables et de chandeliers travaillés, des hommes en pleine discussion ou en train de signer des papiers. La palette de bleus qui est utilisée évoque une atmosphère profondément triste et troublante.
Dans son exposition « True Gold, Chapter II », à la galerie Affinity Art à Hong Kong, en Septembre-Octobre 2018, Lê Quý Tông réanimait des photographies d’évènements révolutionnaires, en y mettant ses grilles et formes géométriques caractéristiques, des pigments dorés et en effaçant les identités signifiantes. Il appartenait au spectateur de déchiffrer entre l'inventé et l'authentique, l'alternatif et l'évidence. La Vin Gallery à Ho Chi Minh City présentait à son tour l’exposition « Lê Quý Tông’s True Gold Chapter II: The Loyalty » du 8 Novembre au 14 Décembre 2018. L’exposition était basée sur des images des révolutions politiques de notre histoire collective, « en insistant sur le modèle d’adoption et de mépris continus des idéologies, qui deviennent intrinsèquement obsolètes avec le temps ».
Expositions
Parmi les expositions personnelles récentes de Lê Quý Tông, citons : en 2019 "True Gold # Chapter III # "Endgame", Flamingo Dalai Resort, Hanoi ; en 2018 “True Gold, Chapter II « , Vin Gallery, HCM, Affinity Art, Hong Kong ; en 2016 "True Gold", Dia Projects in SaiGon Domaine Luxury residences, Ho Chi Minh ; en 2015 "True Blue", Manzi Art Space à Hanoi ; en 2014 "Catalys”, Dong Phong Gallery, Hanoi ; en 2011 ‘Newday’  à l'Apricot gallery UK ; en 2008  ‘The pink days’, Vietart Center, Hanoi ; en 2008 "The Pink days", Vietart Center, Hanoi ; en 2007 ‘Hanoi on the move’,  Hanoístudio  Gallery, Hanoi ; en 2006 ‘The Bridges’, Dong Phong Gallery 14 Ngo Quyen Str, Hanoi ; "Memories Kept in the Bottom of a Box" Suffusive Art Gallery, Hanoi ; en 2005 “Presence”, L’Espace space, Hanoi, “Sudden Appearance”, Suffusive Art Gallery, Hanoi, Vietnam.
L’artiste a aussi participé à de nombreuses expositions collectives : en 2020, " No rain without clouds, Preserving Vietnamese arts for the future", Vietnam Women Museum, Hanoi ; en 2019 "Square", Affinity Art Gallery, Hong Kong ; en 2017 ‘The Picture Will Still Exist’, Dia Projects, Ho Chi Minh city, ‘Present Retrospective’, Hanoi ;  en 2016 - VietNam Eye at CaSa Italia, CaSa Italia Space, Hanoi, The Contemporary Vietnamese Art collection of Rmit University (Hanoi) at RMIT University-Handi Resco, Hanoi ;  The Grapevine Selection Serier, Volume1, Vietnam National museum of Fine Arts, Hanoi ; en 2010 ‘Lee Quy Tong & Ha Manh Thang in Dr Zoltab Boldnar’s art collection’, Art Next Gallery, Budapest, Hongrie ; en 2007 ‘Hanoi 5000 Guom Lakes ( P Art Group)’, Vietnam Fine Arts Museum, Hanoi,  ‘Exhibition “ Young artist Festival”, Hanoi Fine Art University, Hanoi ; en 2006 - Project “Saigon Open City”, Fine Art Museum of HCM City, Vietnam – Group exhibition”Cua đồng chiên bơ”, Chim Sáo bar, Hanoi – Group exhibition “Menu”, at Young gallery – Hanoi – Group exhibition “Exchange”, à la Suffusive Art gallery, Hanoi.

Vũ Trọng Thuấn

VU TRONG THUAN est un peintre contemporain franco-vietnamien, installé en France depuis 1980. Des peintures réalistes de ses débuts, il a évolué vers l'abstraction et gagné ainsi une grande liberté d'expression dans des peintures acryliques mélangées sur toile.
L’artiste
Vũ Trọng Thuấn est né le 16 mars 1939 à Hải Phòng au Viêt-Nam. En 1954, il part étudier la peinture à l'École des Arts Appliqués de Saigon. En 1980, il s'installe avec sa famille en France. Puis en 1991, cherchant à s’investir plus profondément dans son art, il retourne au Vietnam où il ouvre sa propre galerie d’art à Da Nang afin d’y travailler et exposer son travail.
Son œuvre
Entre 1963 et 1999, Vũ Trọng Thuấn peint surtout des paysages, des natures mortes et quelques portraits à l’huile sur toile et en laque sur bois. 
« Peindre devient pour Vũ Trọng Thuấn un processus de création spontanée dans laquelle l'écoulement fluide et naturelle de la peinture sur les toiles, échappe entièrement au contrôle de l'artiste. Il recherche un langage plastique pur et libre qui exprime pleinement le sens profond de la spontanéité du vivant ». 
A partir de 1999, sa peinture tendra vers l'abstraction et l’utilisation de supports originaux de grands formats (pour les plus grands : 2m de hauteur sur 10 m de longueur et 2,5 m de hauteur sur 12 m de longueur). Sa technique de l’abstraction pourrait rappeler celle de certains grands artistes chinois du 20ème siècle comme Chu Teh-Chun ou encore Zao Wou-Ki.
Son œuvre ‘Voilier’, une huile sur toile inondée de lumière, peinte en noir et blanc, datant de 2004, pourrait marquer chez le peintre cette sorte de transition entre figuration et abstraction. Pour l’artiste, la peinture est un retour à la quiétude de l'âme après une longue période mouvementée. Vũ Trọng Thuấn a en effet passé une bonne partie de sa jeunesse pendant la difficile guerre du Viêt-Nam (1955-1975). C'est aussi un moyen de se libérer de sa souffrance et de se réconcilier avec soi. Ce chemin l’a conduit naturellement à la peinture abstraite, un esthétisme qui invite à la contemplation et au-delà car il décrit un univers très lumineux où il est question d’amour et de paix, porté par des couleurs magnifiques.
A partir de 1980, Vũ Trọng Thuấn a commencé à exposer ses œuvres dans différentes galeries en France, à Salon en Provence et en Ile de France.
Au Vietnam il expose de façon permanente dans sa galerie « Studio Vũ Trọng Thuấn », 277, rue Tran Hung Dao, dans le centre ville de Danang, plus de 300 toiles et tableaux.
De 2000 à 2003, Vũ Trọng Thuấn a exposé une sélection de son travail d'inspiration abstraite, au Viêt-Nam au salon des Arts Plastiques de Hô-Chi-Minh-Ville.
En Janvier 2016, une exposition privée du peintre était organisée à Bourg La Reine, près de Paris. Il a aussi exposé à la Galerie de Nesle, rue de Nesle, Paris 75006, dans le cadre du Salon International des Arts, du 1er au 3 Avril 2016.
https://www.youtube.com/watch?v=CCDctKiB0Ps  Interview de Vũ Trọng Thuấn dans son atelier à Danang, sur les rives de la rivière Han