Asia Contemporary Art: Events, Exhibitions


 

 


ACTUALITE DE L'ART CONTEMPORAIN ASIATIQUE DANS LE MONDE
NOTRE SELECTION D'EXPOSITIONS 

Mise à jour 26 Mars 2019 
 

 

 


Fang Lijun, 2016, woodblock  print on silk

« FANG LIJUN: FACIAL RECOGNITION », PREMIERE EXPOSITION DE L'ARTISTE CHINOIS FANG LIJUN EN AUSTRALIE, JUSQU’AU 18 AVRIL 2019
« Fang Lijun: Facial recognition », first solo exhibition of Chinese artist Fang Lijun in Australia, till 18 April 2019

Vermilion Art présente « Facial Recognition », une exposition de l’artiste chinois Fang Lijun, à Sydney, Australie. L’artiste est très connu pour ses têtes chauves et grimaçantes, qui transcrivent les préoccupations de l'artiste vis-à-vis de citoyens ordinaires qui luttent pour conserver une identité individuelle dans nos sociétés contemporaines, à la fois en Orient et en Occident. Les séries de gravures sur bois ici exposées, de grandes dimensions, ont été réalisées entre 2013 et 2018. Ses gravures de taille monumentale font ainsi revivre une pratique asiatique ancienne de la gravure sur bois. Fang Lijun est diplômé du département gravure de la Central Academy of Fine Arts (CAFA) de Pékin. Il st considéré comme une des figures les plus importantes dans l’art contemporain chinois. 
L’exposition «Fang Lijun:
 Facial Recognition » a lieu au Vermilion Art, 5/16 Hickson Rd, Walsh Bay, Sydney, Australie, du 21 Février au 18 Avril 2019
View e-catalogue (Vermilion Art)

 

 


Qiu Zhijie, Memories are always unreliable
ink on paper, 2017

« QIU ZHIJIE. MAPPA MUNDI », UNE EXPOSITION DE L’ARTISTE CHINOIS AU UCCA, CENTER FOR CONTEMPORARY ART A PEKIN, DU 19 JANVIER AU 5 MAI 2019
« Qiu Zhijie. Mappa Mundi », an exhibition of the Chinese artist at UCCA, Center for Contemporary Art, Beijing, from 19 January to 5 May 2019

Pour sa réouverture après rénovation, l'UCCA à Pékin, a choisi Qiu Zhijie pour incarner le type d'artiste chinois, international, capable de créer des relations et de véhiculer des messages artistiques à travers la Chine et à l'étranger. Depuis près de 10 ans, Qiu Zhijie a cartographié les réseaux imaginaires de ses recherches sociologiques, philosophiques, culturelles, politiques et épistémologiques. C'est à partir de cette synthèse de recherche, écriture et imagination que le projet « Mappa Mundi » (Mapping the World) est né. Qiu Zhijie utilise les récits et les techniques de cartographie associés à une ancienne tradition chinoise de cartographie de lieux imaginaires pour créer un territoire conceptuel. « Mappa Mundi » est la synthèse de décennies d'art contemporain chinois que l'artiste compare à un fleuve. Les montagnes du Nord représentent la politique chinoise, tandis que celles du Sud représentent les affaires du monde. Ensemble, ces montagnes constituent le contexte historique, social et politique à travers lequel le fleuve a tracé son chemin, trouvant son espace durement gagné pour la liberté d’expression.
Par ailleurs, dans le cadre de la série d’événements « Nantes sur les routes de la soie » (Février 2019 – Février 2020), le Passage Sainte-Croix accueille actuellement une exposition de Qiu Zhijie du 31 Janvier au Samedi 6 Avril 2019. Dix-neuf de ses œuvres sont exposées, dont deux réalisées spécialement pour cette exposition, en hommage à Jules Verne. 

 


Zeng Fanzhi, Untitled, cast silver, 2017

LE CELEBRE ARTISTE CHINOIS ZENG FANZHI PRESENTE NEUF DE SES ŒUVRES AU SHANGHAI 166 ART SPACE, DU 15 MARS AU 10 AOUT 2019
The famous Chinese artist Zeng Fanzhi presents nine of his works at Shanghai 166 Art Space, from 15 March to 10 August 2019

Composée de 9 œuvres, l’exposition « Zeng Fanzhi Line » présente une sélection de peintures, de sculptures et d'œuvres sur papier réalisées par l'artiste au cours du dernier quart de siècle. Elle tire son titre d’une ligne graphique extraite de l’œuvre de Zeng Fanzhi. Elle examine la manière dont l’artiste utilise la texture du tableau pour présenter le sujet et révéler le niveau de mémoire de soi, comme le niveau de peinture qui se superpose constamment à la toile. Parmi les œuvres présentées : des autoportraits, Mask Series 95, "Us" (2002), Swimming (2006).
L’exposition a lieu au Shanghai 166 Art Space, du 15 Mars au 10 Août 2019

 

 


Natee Utarit, Art Basel, HK 2019

EXPOSITION PERSONNELLE DE L’ARTISTE THAILANDAIS NATEE UTARIT A ART BASEL HONG KONG (29-31 MARS 2019)
Solo exhibition of the Thai artist Natee Utarit at Art Basel Hong Kong (29-31 March 2019)

La galerie Richard Koh Fine Art (RKFA) (Kuala Lumpur) va présenter dans le cadre d’Art Basel Hong Kong 2019 une exposition de l’artiste thailandais Natee Utarit intitulée « Your past is my future ». L’artiste y présentera ses travaux récents dont 7 peintures à l’huile. Natee Utarit poursuit son enquête sur les relations entre le colonialisme européen et la culture de l'Asie du Sud-Est. Pour l’artiste, il est possible de donner une nouvelle vie à sa propre culture à partir des aspects partagés avec différentes cultures au passé glorieux. «Nous avons tendance à nous méfier de nos voisins», écrit Natee Utarit, « car la version du l’histoire que nous avons apprise nous a conduits à voir des gens d’autres cultures comme des ennemis ou des rivaux. Nous pensons que notre culture a été créée exclusivement par nos ancêtres. Nous n'avons jamais eu le courage d'accepter le fait que nos coutumes et nos traditions ont pu être influencées ou façonnées par d'autres forces culturelles ».
L’exposition a lieu du 29 au 31 Mars 2019, au Convention & Exhibition Centre, Richard Koh Fine Art, Booth 3C34, Hong Kong

 


Sheela Gowda, It Stands Fallen, installation, 2017

L’ARTISTE INDIENNE SHEELA GOWDA EXPOSE POUR LE PREMIERE FOIS EN ITALIE AU PIRELLI HANGARBICOCCA A MILAN, A PARTIR DU 4 AVRIL 2019
Indian artist Sheela Gowda has her first exhibition in Italy at Pirelli HangarBicocca in Milan, from 7 April 2019

Sheela Gowda, une des plus grandes artistes contemporaines indiennes, présente « Sheela Gowda Remains » au Pirelli HangarBicocca à Milan, du 7 Avril au 15 Septembre 2019. L'artiste présente une vaste sélection d’œuvres qu’elle a réalisées de 1996 à nos jours, notamment des aquarelles, des estampes et des installations spécifiques. Ses productions se caractérisent par une grande variété de matériaux (cheveux, substances organiques, bouse de vache, encens et pigments naturels) et sont présentées en liaison avec l'architecture emblématique de l'espace Navate au Pirelli HangarBicocca.
Par ailleurs, le 3 Mars 2019, Sheela Gowda a reçu le Maria Lassnig Prize 2019, décerné par la Maria Lassnig Foundation, en même temps que l’organisation d’une exposition personnelle qui aura lieu au Lenbachhaus Museum à Munich, en Allemagne, au printemps 2020. Peter Pakesch, le président du conseil d’administration de la Lassnig Foundation déclarait : “We are delighted to present the second award to Sheela Gowda, who, in her early oil painting and especially in her engagement with the difficult working conditions of women in Indian society, touches on themes that were also central to the work of Maria Lassnig.”

 


Ye Hongxing, Misty N°21, oil on canvas, 2011

« VISIONS,COLLAGES ET PEINTURES », DE L’ARTISTE CHINOISE YE HONGXING A LA MAISON DE LA CHINE A PARIS, A PARTIR DU 18 MARS 2019
“Visions, collages et peintures”, by Chinese artist Ye Hongxing at Maison de la Chine in Paris, from 18 March 2019

L’artiste chinoise Ye Hongxing crée d’impressionnantes œuvres : elle accumule des milliers de minuscules stickers et créé des compositions pouvant mesurer plus de 2 mètres. Ses collages reprennent des motifs traditionnels asiatiques, paradoxalement réalisés avec des autocollants aux visuels souvent occidentaux. À travers ses créations kitsch, l’artiste évoque les contrastes et relations existants entre deux cultures qu’elle côtoie en tant que jeune artiste contemporaine. Dans sa série «Fusion» par exemple, Ye Hongxing a combiné des motifs traditionnels chinois et des motifs figurant sur de la soie et de la porcelaine anciennes, superposés à des autoportraits et présentés sous forme d'image circulaire. Ye Hongxing est née en 1972 à Guilin, en Chine. Elle est diplômée de la Central Fine Art Academy de Pékin. L’artiste considère que son travail est un commentaire sur le développement rapide du système social chinois.
L’exposition a lieu du 18 mars 2019 au 15 juin 2019 à la Maison de la Chine, 76 rue Bonaparte, 75006 Paris

 

 


Lee Ufan, Relatum, Friendship,stone, metal, 2003

"HABITER LE TEMPS", UNE RETROSPECTIVE DE L'ARTISTE COREEN LEE UFAN AU CENTRE POMPIDOU - METZ, DU 27 FEVRIER AU 30 SEPTEMBRE 2019
"Habiter le temps", a retrospective of the Korean artist Lee Ufan at Centre Pompidou-Metz, from 27 February to 30 September 2019

Le Centre Pompidou-Metz présente une exposition rétrospective de l’artiste coréen Lee Ufan, né en 1936, depuis ses premières réalisations de la fin des années 1960 jusqu’à ses créations les plus récentes. Lee Ufan est un artiste, sculpteur minimaliste, écrivain et philosophe. Depuis la fin des années 1960, il conjugue la peinture monochrome et la sculpture in situ. Il utilise des matériaux comme l’acier usiné, la pierre brute, le verre, le coton, le gravier, le sable, la toile et le papier. Il réalise des installations méditatives et ultra épurées, dignes des plus beaux jardins zen comme lors de son exposition dans les jardins de Versailles en 2014. L’artiste a conçu la structure de son exposition « Habiter le temps » : une quarantaine d’œuvres significatives, présentées en quinze salles, de formes et de dimensions changeantes. Lee Ufan a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles à travers le monde. Il partage sa vie entre Paris et  Kamakura au Japon. Lee Ufan devrait ouvrir prochainement une fondation à Arles dans l’ancien hôtel Vernon, une bâtisse du XVIIe siècle située près des arènes d’Arles,
L’exposition « Habiter le temps » a lieu au Centre Pompidou-Metz, France, du 27 Février au 30 Septembre 2019

 


Ren Hang, Untitled, MEP, 2019

RETROSPECTIVE DU PHOTOGRAPHE CHINOIS CONTEMPORAIN REN HANG A LA MAISON EUROPEENNE DE LA PHOTOGRAPHIE A PARIS, DU 6 MARS AU 26 MAI 2019
Retrospective of the Chinese contemporary photographer at Maison Européenne de la Photographie in Paris, from 6 March to 26 May 2019

L’exposition « LOVE, REN HANG » présente l’œuvre d’un des artistes chinois les plus influents de sa génération. L’artiste a eu un parcours très court, il s’est en effet suicidé à 29 ans à la suite d’une dépression. La Maison Européenne de la Photographie (MEP) lui rend hommage, deux ans après sa mort, en présentant 150 photographies de l’artiste. « L’exposition propose une plongée dans les différentes constellations oniriques de l’artiste : la présence du rouge, les couleurs acidulées, une salle consacrée à sa mère, une autre, plus sombre, dédiée à des prises de vue nocturnes. Enfin, une dernière salle rassemble ses travaux plus « osés », sur le corps, créant un lien, fort et organique, entre l’érotisme et la nature ». Ses images étaient ludiques et provocantes, époustouflantes sur le plan visuel, avec un sentiment de vulnérabilité sous-jacent, parfois à la limite de la pornographie, mais jamais vulgaires. Elles donnaient un aperçu de la sous-culture partagée par la jeunesse chinoise que les étrangers ne voyaient que très rarement, rapporte le New York Times du 5 Mars 2019 dans un article consacrée à l’artiste à l’occasion de cette exposition.
L’exposition a lieu à la Maison Européenne de la Photographie, 5/7 rue Fourcy, 75004 Paris, du 6 Mars au 26 Mai 2019

 


Zao Wou-Ki, ​watercolor on paper,
Galerie Kamel Mennour

EXPOSITION ZAO WOU-KI « ENCRES ET AQUARELLES » A LA GALERIE KAMEL MENNOUR A PARIS DU 28 FEVRIER AU 13 AVRIL 2019
« Encres et aquarelles », an exhibition of the famous artist Zao Wou-Ki at Kamel Mennour Gallery in Paris from 28 February to 13 April 2019 and in London

L’exposition «Encres et aquarelles (1948 - 2009)» du peintre franco-chinois Zao Wou-Ki rassemble une sélection (50) d’œuvres sur papier, encres et aquarelles, réalisées par l'artiste de 1948 à 2009. L'exposition est organisée par le curateur Erik Verhagen en collaboration avec la Fondation Zao Wou-Ki. Elle suit le parcours de l'artiste, des premiers dessins figuratifs ou études aux compositions abstraites des années 60, de la redécouverte par Zao Wou-Ki de l'encre de Chine dans les années 70 jusqu'à ses dernières oeuvres, très riches en couleurs. 
L'objectif de cette exposition était notamment de souligner la vivacité de la dernière décennie de la création de Zao Wou-Ki. On y retrouve ainsi des études d’après des lavis de Rembrandt pour les plus anciennes. Les plus récentes sont en effet magnifiées par des couleurs intenses.
L’exposition a lieu simultanément à la galerie Kamel Mennour, 47 rue Saint André des Arts, 75006 Paris, du 28 Février au 13 Avril 2019 et à Londres, 51 Brook street, London W1.

 

ART REVOLUTION TAIPEI (A.R.T.), DU 26 AU 29 AVRIL 2019 : UNE IDEE REVOLUTIONNAIRE POUR L’ORGANISATION D’EXPOSITIONS D’ARTISTES
The upcoming edition of Art Revolution Taipei (A.R.T.) from April 26 to 29 April 2019, is meant to bring a revolutionary idea to the conventional art shows of artists

Art Revolution Taipei est organisé par l’Association Internationale des Artistes contemporains de Taiwan. Il propose aux galeries de se concentrer davantage sur un artiste et de présenter chaque stand comme une exposition personnelle de cet artiste. Cette conception différente a fait la réputation de cette foire artistique en Asie. Depuis sa création en 2011, il a rassemblé chaque année des centaines d'artistes de plus de 60 pays du monde. Il présente des œuvres dans divers medias dans 9 sections. Dans sa section « Art Your Compassion », liant art et philanthropie, il invite des célébrités et des élites locales et étrangères à créer des œuvres dans leur choix de formats, allant de la peinture au collage, à la photographie et aux supports mixtes.
Art Revolution Taipei a lieu au World Trade Center à Taipei, du 26 au 29 Avril 2019

 


Danhôo, Argent, acrylique sur toile, 2019

« ENTRE DEUX CULTURES », UNE EXPOSITION DE DANHÔO, ARTISTE FRANÇAIS D’ORIGINE CHINOISE, A L’A2Z ART GALLERY A PARIS, DU 2 AU 30 MARS 2019
« Between two cultures », a solo exhibition of Danhôo, a French artist from Chinese origin, at A2Z Art Gallery Paris, from 2 to 30 March 2019

L’A2Z Art Gallery accueille pour la première fois dans sa galerie une exposition personnelle de Danhôo, artiste franco-chinois, né en 1966. L’exposition intitulée « Entre deux cultures » pourrait définir en quelque sorte l’artiste qui, avec ses idéogrammes, marie l’écriture traditionnelle chinoise et la peinture contemporaine avec des codes couleurs appris auprès d’artistes comme Olivier Debré,Vladimir Velickovic, Erró, Antonio Seguí ou bien Robert Combas. « Les projections de peintures de DanHôo naissent d’un geste aérien traçant au-dessus du support les caractères chinois symbolisant l’Amour, le Rêve, l’Argent, le Bonheur, le Partage, l’Amitié et la Famille ».
L’exposition a lieu à l’A2Z Art Gallery, 24 rue de l’Echaudé, 75006 Paris, du  2 au 30 Mars 2019.

Download the press release

 


Anish Kapoor, Descent into limbo,
concrete, black color,1992

NOIR, C’EST NOIR : CONFLIT ENTRE LES DEUX ARTISTES BRITANNIQUES ANISH KAPOOR ET STUART TEMPLE 
Black is Black: dispute between the two British artists Anish Kapoor and Stuart Temple 

En 2016, l’artiste britannique d'origine indienne Anish Kapoor obtenait l’usage exclusif du Vantablack (inventé par la société Nanosystem)  : un revêtement constitué de nanotubes de carbone, d’un noir profond qui absorbe 99,965 % de la lumière visible. Il produit des effets d’optique étonnants, troublant les spectateurs, comme par exemple la transformation d’une surface noire en trou. Début 2019, le plasticien Stuart Temple annonçait la mise sur le marché d’une peinture acrylique ultra-noire, le Black 3.0, aux propriétés quasi identiques au Vantablack, qui absorbe 98 à 99% de la lumière visible : « la peinture noire la plus noire du monde », affirmait-il.  « L’originalité du Black 3.0 réside dans la mise au point d’un nouveau polymère acrylique piégeant le pigment et dans le choix des agents matifiants ajoutés », poursuivait-il. L’artiste précisait que cette peinture était accessible à tous sauf à une personne, Anish Kapoor et associés...

 

REMISE DE PRIX, THE ASIA GAME CHANGERS AWARDS HONG KONG, PENDANT LA SEMAINE D’ART BASEL A HONG KONG FIN MARS 2019, POUR HONORER LES ARTISTES ASIATIQUES
Celebration of the Asia Arts Game Changers Awards Hong Kong, during the week of Art Basel in Hong Kong by the end of March 2019, to honor Asian artists

The Asia Arts Game Changers Awards Hong Kong seront remis pendant la semaine d’Art Basel à Hong Kong le 29 Mars 2019. De grands collectionneurs d'art, des artistes, des galeristes, des personnalités du monde de l'art et des administrateurs de l'Asia Society, vont se réunir pour célébrer l’art contemporain en Asie et honorer des artistes et des professionnels de l’art pour leurs contributions artistiques significatives. Les nominés sont : Christine Ay Tjoe (Indonésie), connue plus particulièrement pour ses peintures très colorées avec superpositions et son usage de la pointe sèche (drypoint technique), Fang Lijun (Chine), peintre et graveur qui appartient à la jeune génération de l'avant-garde contemporaine chinoise, Imran Qureshi (Pakistan), connu pour ses peintures, installations et videos dans le style de la miniature indo-persane, Natee Utarit (Thailande) connu pour son travail sur les images - les photographies – au travers de la peinture.
Depuis plus de vingt ans en effet, l’Asia Society a été pionnière dans l'identification et la promotion de nouveaux artistes asiatiques contemporains. Les précédents artistes honorés par the Asia Arts Game Changers Awards Hong Kong, sont comme suit : Cai Guo-Qiang (Chine), Subodh Gupta (Inde), Hon Chi Fun (Hong Kong), Shirazeh Houshiary (Iran), Ju Ming (Taiwan), Bharti Kher (Inde), Lee Ufan (Corée du Sud), Liu Guosong (Chine), Nalini Malani (Inde), Nyoman Masriadi (Indonésie), Takashi Murakami (Japon), Yoshitomo Nara (Japon), Park Seo-Bo (Corée du Sud), Rashid Rana (Pakistan), Shahzia Sikander (Pakistan), Hiroshi Sugimoto (Japon), Do Ho Suh (Corée du Sud), Wucius Wong (Chine), Xu Bing (Chine), Zeng Fanzhi (Chine), et Zhang Xiaogang (Chine)
.

 

 


Centre Pompidou Shanghai, architecture project

LE CENTRE POMPIDOU S'INSTALLE A SHANGHAI AU PRINTEMPS 2019 : OBJECTIF, FAIRE DIALOGUER L'ART CONTEMPORAIN EN CHINE ET EN OCCIDENT
The Centre Pompidou in Shanghai spring 2019 : to install a dialogue on contemporary art between China and West

Le Centre Pompidou est sur le point de finaliser un projet d'installation à Shanghai, dans une aile du West Bund Art Museum. La scène artistique contemporaine chinoise s'est beaucoup développée ces dernières années. L'objectif du Centre Pompidou est de repérer les artistes de demain et l'art chinois aura une grande place dans la nouvelle galerie du West Bund Art Museum. Parallèlement, l'idée est aussi de faire connaître l'art occidental en Chine. Le futur musée - d'une surface de 25 000m2 - a été conçu par l'architecte anglais David Chipperfield. Le contrat avec le West Bund Group a été signé en Juillet 2018 pour une durée de 5 ans renouvelables (2019-2024). Ce projet élaboré il y a plus de 10 ans, verra donc enfin le jour.
 

 


Bang Hai Ja, La naissance de lumière, 2014
Musée Cernuschi

«ET LA MATIERE DEVINT LUMIERE», UNE EXPOSITION DE L’ARTISTE COREENNE BANG HAI JA AU MUSEE CERNUSCHI DU 18 JANVIER AU 31 MARS 2019
«Et la matière devint lumière», an exhibition by Korean artist Bang Hai Ja at Cernuschi Museum in Paris, from 18 January to 31 March 2019

Dans son exposition «Et la matière devint lumière», l'artiste coréenne «Bang Hai Ja retrace le long cheminement plastique et spirituel vers une lumière perçue comme le principe de l'univers". "Toutes les expérimentations sur les matières, les pigments et les techniques picturales de l'artiste visent à parvenir à un acte de co-création avec la nature et à produire la lumière. L’exposition réunit une trentaine d’œuvres, peintures, sculptures et maquettes de vitraux.
Bang Hai Ja appartient à la  génération d’artistes qui a fondé un art coréen contemporain durant les années 1950. Elle s’installe à Paris en 1961. Elle retourne dans son pays natal de 1968 à 1976, ses recherches se rapprochent alors de celles menées par les artistes du dansaekhwa (un groupe de peintres coréens dans les années 70). Bang Hai Ja travaille actuellement à la réalisation des vitraux de la salle capitulaire de la cathédrale de Chartres, une oeuvre qui devrait être terminée au printemps 2020. C’est à l’occasion de cette commande que le musée Cernuschi a souhaité rendre hommage à Bang Hai Ja.

L’exposition a lieu au Musée Cernuschi, 75008 Paris, du 18 Janvier au 31 Mars 2019

(English)

 

 


Yang Yongliang, Lone House, film on lightbox, 2016

L’ARTISTE CONTEMPORAIN CHINOIS YANG YONGLIANG EXPOSE AU UTAH MUSEUM OF FINE ARTS JUSQU’AU 2 JUIN 2019
Contemporary Chinese artist Yang Yongliang has a solo exhibition at Utah Museum of Fine Arts, Usa, until 2 June 2019

Une exposition personnelle intitulée « salt 14: Yang Yongliang »  est consacré à l'artiste chinois Yang Yongliang au Utah Museum of Fine Arts (UFMA) jusqu’au 2 Juin 2019. Yang Yongliang travaille la photographie comme un peintre. Yang Yongliang est le quatorzième artiste de l’UMFA’s salt series of contemporary art. Ce programme d'expositions présente le travail d'artistes émergents du monde entier. « salt » a pour objectif de refléter l’impact de l’art contemporain, en nouant des liens avec le monde entier et en apportant des œuvres d’art nouvelles et variées à la ville qui porte le nom du programme. 
L’exposition a lieu au Utah Museum of Fine Arts, Salt Lake City, Usa, du 26 Octobre au 2 Juin 2019

 


Hiroshi Sugimoto, The Sea and The Mirror, 2017

GRANDE EXPOSITION CONSACREE A L’EMINENT PHOTOGRAPHE JAPONAIS HIROSHI SUGIMOTO AU TEL AVIV MUSEUM OF ART, DU 14 NOVEMBRE 2018 AU 8 JUIN 2019
Major solo exhibition of the prominent Japonese photograph Hiroshi Sugimoto at Tel Aviv Museum of Art, from 14 November 2018 to 8 June 2019

Les œuvres de l'artiste japonais Hiroshi Sugimoto, l'un des artistes les plus importants du monde de la photographie actuellement, sont présentées pour la première fois en Israël dans une grande exposition au Tel Aviv Museum of Art. Spécialement conçue pour l'espace de la galerie dans laquelle elle est présentée, l'exposition montre 34 photographies de grande taille, en noir et blanc, extraites des Series majeures de l'artiste, allant du début de sa carrière jusqu'à nos jours, dont : “Theaters,” “Dioramas,” “Portraits,” “Landscapes,” and “Architecture.”
L’exposition a lieu au Tel Aviv Museum of Art, Lily & Yoel Moshe Elstein Multi-Purpose Gallery Herta and Paul Amir Building, du 14 Novembre 2018 au 8 Juin 2019.

 


Pham Huy Thong, The Power Of US, 2011
Craig Thomas Gallery

QUE VEUT DIRE "ETRE D'ASIE DU SUD-EST" AUJOURD'HUI : DES ELEMENTS DE REPONSE AVEC 6 OEUVRES D'ARTISTES DE REFERENCE DE LA REGION
What it means to "be Southeast Asian": possible answers through works of 6 influential artists of the region

Des événements historiques comme la migration, l'impérialisme et la mondialisation ont eu une énorme influence sur la culture d'Asie du Sud-Est, et plus particulièrement sur les traditions et l'identité de ses habitants. Art Radar a voulu comprendre ce que signifie aujourd'hui la notion « être d’Asie du Sud-Est ». Il a choisi dans cet objectif 6 œuvres d’artiste de référence dans la région qui laissent ainsi transparaître un certain malaise.
Commençons par l’Indonésie, ce pays a été longtemps dominé par les portugais, hollandais, voire les japonais. Le régime socialiste qui a suivi, a engagé en 1965 une répression contre les sympathisants communistes. Dans une installation video, « Writing in the Rain » (2011), l’artiste indonésien FX Harsono examine ainsi son identité en tant que chinois indonésien, forcé d’abandonner sa langue et ses coutumes du fait de la discrimination vis-à-vis de sa communauté. L’artiste thailandais Watchara Prayoonkum, dans des installations sculpturales, intitulées “Return to the Oriental Life and Spirit »(2004), aborde la question de l’influence occidentale sur l’art moderne thailandais tout en demandant à son public de réexaminer ses racines culturelles et de maintenir l’esprit thailandais. L’oeuvre “the Yellow Man” de Lee Wen, artiste de Singapour, questionne lui aussi sur l’identité asiatique après l’ère post coloniale. Pendant des siècles, l’art aux Philippines a été "influencé par diverses puissances occupantes telles que le Japon et les Etats-Unis, produisant un sentiment d’identité complexe". L’artiste
Ronald Ventura explore ce sentiment dans sa peinture, au travers d’images qui évoquent à la fois des éléments orientaux et occidentaux comme on peut le voir dans son oeuvre "Invitation to the Feast" (2011). L’artiste vietnamien Pham Huy Thong, très critique vis-à-vis des politiques internationales et sociales du Vietnam, questionne dans son travail « The Power of US » (2011), les répercussions que peut entraîner l’acceptation de l’aide au développement des Etats-Unis. L’artiste malais Wong Hoy Cheong dans une installation datant de 2005 intitulée « Minaret », une sculpture architecturale dressée au-dessus du Musée d'Art du Guangdong en Chine, juxtaposait son identité en tant que minorité chinoise venant d’un pays à majorité musulmane, alors que les musulmans de la région du Guangdong sont les minorités de la République populaire de Chine.

Cet article, accompagné d’illustrations des œuvres sélectionnées, est à lire dans Art Radar Asia (English) du 22/7/2018 : 
http://artradarjournal.com/2018/07/22/curating-southeast-asian-identity-through-6-artworks/

 

-------ART MARKET NEWS

 


Chen Yifei, Warm spring in the jade pavillion, 1993

ART MARKET REPORTS

MARCHE MONDIAL DE L’ART CONTEMPORAIN: CONCENTRE ENTRE LONDRES, NEW YORK, PEKIN ET HONG KONG, D’APRES LE RAPPORT ARTPRICE 2018
Contemporary Art Market: concentrated among London New York, Beijing and Hong Kong, according to 2018 Artprice Report

D’après le dernier rapport 2018 de la société Artprice consacré au marché mondial de l’art contemporain, les États-Unis restent à la 1ère place du marché. Londres, New York, Pékin et Hong Kong concentrent à elles seules 82% du chiffre d’affaires mondial de l’art contemporain (mais 17% des lots vendus). Hong Kong représenterait la meilleure option de par sa position géographique – extraordinaire porte d’entrée sur un immense continent - et une législation beaucoup plus avantageuse. La maison de ventes anglo-saxonne Phillips a de fait préféré se développer à Hong Kong, plutôt qu’à Paris ou Pékin. Elle y réalise 7% de son chiffre d’affaires au premier semestre 2018. Dans les trois ventes qu’elle a organisées cette année à Hong Kong, la société Phillips a obtenu des résultats remarquables avec les artistes chinois Zhang Xiaogang et Fang Lijun, les japonais Yoshitomo Nara et Takashi Murakami, et l’indonésienne Christine Ay Tjoe. Takashi Murakami était le troisième artiste le plus vendu en nombre de lots cette année (457 lots) d’après le rapport Artprice.
Six maisons de ventes aux enchères chinoises se classaient parmi les 10 premières maisons de ventes aux enchères du monde pour l’art contemporain, avec en tête China Guardian, devant Poly Auction. La première a obtenu des ventes records  à 6,7m$ pour Zhou Chunya avec « Chinese tone » (1992) et 3,8 m$ pour Ai Xuan avec « Aspirant » (1980), ainsi que trois oeuvres de Chen Yifei pour près de 7m$. La Chine continentale réalise une très belle performance en chiffre d’affaires : 298m$, +15%. La part de marché de la grande Chine (Hong Kong et Taïwan inclus) se stabilise à 26% à 480m$. 
Chen Yifei a été cette année l’artiste chinois le plus performant aux enchères pour atteindre 47 m$, devant Zhang Xiaogang (22,5m$) et Zeng Fanzhi (20,3m$) dont les ventes ont quelque peu baissé ces dernières années.
La peinture hyper réaliste est très appréciée en Chine, comme on le constate avec Chen Yifei (5ème dans le classement Artprice des 500 premiers artistes contemporains) mais aussi  Wang Yidong, Yang Feiyun ou Xu Qinfeng. L’artiste Ai Weiwei a chuté de 30 places dans le classement Artprice des 500 (-48%). La forte baisse de ses ventes tiendrait à la pénurie d’oeuvres véritablement majeures en circulation. Au second semestre 2018, l’artiste par contre revient dans l’actualité avec notamment une exposition au Mucem, Marseille, France et trois expositions en Californie.
 "C’est vers l’Empire du Milieu que se tournent les collectionneurs et galeristes, avec Hong kong comme plaque tournante", analysait en avril 2018 Nicolas Galley, directeur du programme Executive Master in Art Market Studies, à l’issue de la foire Art Basel à Hong kong. D’influentes galeries new-yorkaise (David Zwirner Gallery) et suisse (Hauser & Wirth) se sont ainsi installées à Hong Kong cette année. A la FIAC 2018, à Paris, la galerie américaine Pace gallery a choisi pour sa part de présenter cette année exclusivement des œuvres d’artistes chinois, parmi lesquels Zhang Xiaogang. 

 



Huang Yong Ping, Zou You He Che, 2005

LA TOUTE PREMIERE BIENNALE D'ART DE BANGKOK ETAIT PRESENTEE SUR 20 SITES DANS LA VILLE DONT PLUSIEURS ANCIENS TEMPLES QUI ONT ACCUEILLI DE L'ART CONTEMPORAIN POUR LA PREMIERE FOIS
First-ever Bangkok Art Biennale: presented at 20 sites across the city including several ancient temples that hosted contemporary art for the very first time

La première Biennale d’Art de Bangkok - du 19 Octobre 2018 au 3 Février 2019 - a accueilli pas moins de 75 artistes venant de 33 pays. Elle était centrée autour du thème "Beyond Bliss". Les œuvres étaient présentées sur plusieurs sites dans la ville, privés et publics, dont des sites antiques. «Nous avons créé quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant » déclarait Apinan Poshyananda, Directeur général de la Biennale. C'est ainsi que l’artiste franco-chinois Huang Yong Ping exposait une sculpture animale en argile au Wat Pho. Parmi les artistes asiatiques présents renommés, citons la japonaise Yayoi Kusama, les coréens Lee Bul et Choi Jeong Hwa. Des artistes thailandais étaient aussi représentés comme Pichet Klunchun, Sakarin Krue-On, Natee Utarit, Chumpon Apisuk, et Kawita Vatanajyankur. Le rôle de l'Etat dans cette nouvelle Biennale a été limité, le programme a bénéficié d'une relative indépendance, assure Apinan Poshyananda. Les œuvres d'art, les installations les plus intéressantes de la Biennale étaient pour certaines très audacieuses dans leurs sujets. Elles abordaient notamment les problèmes religieux, politiques et sociaux qui se posent en Thaïlande aujourd’hui. Eugene Tan, l'un des conseillers de la Biennale et directeur de la National Gallery Singapore, considère que l'événement marque un nouveau chapitre pour l'art thaïlandais contemporain.

 


Qiu Zhijie, Diploma No. 3, Suicidology of Nanjing
Yangtze River Bridge Series, installation, 2009

QUELS SONT LES 10 ARTISTES LES PLUS INFLUENTS EN ART CONTEMPORAIN CHINOIS DE CES DERNIERES DECENNIES?
Who have been the 10 most influential artists in the Chinese contemporary art these last decades?

La société Artsy en Juillet 2018 recensait les 10 artistes les plus influents en Chine au cours de ces dernières décennies et à ce jour, à savoir : Qiu ZhijieHuang Yong Ping,  Yang Fudong,  Zeng Fanzhi, Xu Zhen,  Liu XiaodongCao Fei,  Zhang Huan,  Xu Bing,  Cai Guao-Qiang. Cao Fei était la seule femme dans la liste bien que d’autres femmes artistes comme Miao Ying et Lu Yang peuvent être considérés comme des leaders parmi la génération d’artistes émergents en Chine, relève Artsy.
Ai Weiwei a longtemps été un artiste qui s’est confronté au gouvernement chinois sur de nombreux aspects comme la censure en Chine, voire son incarcération. Aujourd’hui Ai Weiwei - qui vit à présent en Allemagne - s’est tourné vers un autre combat : le sort des réfugiés dans le monde et il multiplie les expositions. L’artiste de fait est beaucoup moins connu en Chine actuellement et d’autres artistes ont joué un rôle plus important que lui dans la formation de l’art contemporain en Chine, estime Artsy.
https://www.artsy.net/article/artsy-editorial-the-top-10-chinese-artists-not-named-ai-weiwei

 

Zao Wou-Ki, "Juin-Octobre 1985", oil on canvas, 1985

65 MILLIONS DOLLARS POUR UN TRIPTYQUE DE ZAO WOU-KI VENDU CHEZ SOTHEBY’S HK
A tryptich by Zao Wou-Ki sold $ 65 million at Sotheby’s HK

Un triptyque de Zao Wou-Ki, intitulé "Juin-Octobre 1985", de 10m de longueur, a été vendu chez Sotheby’s Hong Kong le 30 Septembre 2018, pour 65 millions de dollars. C’est un record mondial pour l’artiste dont les œuvres atteignent déjà des prix très élevés. La peinture avait été commandée par l'architecte américain d'origine chinoise très célèbre I.M. Pei, un ami de l’artiste. 

 



Zao Wou-Ki, 04.01.79, oil on canvas, 1979

LES VENTES D’ART MODERNE ET CONTEMPORAIN CHEZ CHRISTIES ET PHILLIP’S A HONG KONG DOMINEES PAR LES PEINTURES DE ZAO WOU-KI
Sales of modern and contemporary art sales at Christie’s and Phillip’s in Hong Kong dominated by the paintings of the Franco-Chinese artist Zao Wou-Ki

Au moment où s’est ouverte la grande exposition consacrée à l’artiste franco-chinois Zao Wou-Ki au Musée d’Art Moderne de Paris : “L’Espace est Silence” (1er Juin 2018- 6 Janvier 2019), la peinture de Zao Wou-Ki « 04.01.79 » (1979) a atteint 69.8 m HK$ (8.9m $) chez Phillip’s à la 20th century and contemporary art and design evening sale, le 27 Mai 2018. Zao Wou-Ki était également parmi les meilleurs lots chez Christie's le 26 Mai 2018. Au cours de la vente d'art contemporain du 20ème siècle et art contemporain : ‘Voices from East and West’, la peinture de Zao Wou-Ki ‘14.12.59 » a obtenu 176,7 m HK$ (22,6 m $). Le jour suivant, lors de la vente d'art asiatique du 20ème siècle, Zao Wou-Ki a aussi obtenu le prix le plus élevé pour sa peinture ‘04.03.63’, soit 7,9 m HK$ (549 347 $).
Toujours chez Christie's, cette même semaine, le peintre franco-chinois
Chu-Teh-Chun a obtenu 28,9 m HK$ (3,7 m $) pour sa peinture ‘Composition 51 : ‘Mille vies sépare son cachet dans le bois’(1960) et N°81, 38,3 m HK$ (4,9 m $). 

 

Tous droits réservés
www.creationcontemporaine-asie.com
contact : mapadioleau@creationcontemporaine-asie.com