L'art contemporain en Indonésie

I Nyoman Masriadi, Art Basel, HK, 2019

The art scene in Indonesia is developing at an unbelievable rate with the emergence of new artists producing interesting artworks.These young Indonesian artists will surely propel the Indonesian art scene to a higher level. In 2016, the Indonesian market ($ 312,000) benefited from the very good sales of I Nyoman Masriadi and Christine Ay Tjoe, both in the Top 500 of contemporary artists in the world. On May 28, 2017, a work by Christine Ay Tjoe ", « Small Flies and Other Wings » (2013) was 10 times above its estimated value and was sold $ 1,5 million at Phillips Hong Kong. Consequently she now ranks 69th in the Artprice Ranking 2017-2018 with cumulative sales of nearly $ 3,2 million. Indonesian artist Saputra Handiwirman sold only one painting at auction in 2018, for not less than $ 318,6. And as more and more young Indonesians are willing to collect art, artists and galleries must adapt.
Recently
, the Modern and Contemporary Art Museum (MACAN) opened its doors in Jakarta. In addition, with the 11th edition of Art Jakarta Fair - planned in August 2019 - "Jakarta will reach a new level, aiming to firmly establish Jakarta as one of Asia’s centers for contemporary art, as well as to strengthen Indonesia’s position as a leader or the development of contemporary art in Asia".

Christine Ay Tjoe

CHRISTINE AY TJOE est l’artiste femme contemporaine la plus connue en Indonésie. Avec des ventes cumulées de 3,2 millions $ (15 lots), elle se situait au 69ème rang du classement Artprice (produits des ventes) du marché de l'art en 2017/2018.
En Février 2012, Christine Ay T Joe elle vendait une oeuvre intitulée "Langit - Langit Merah (Red Ceiling)" pour 257 600 $ chez Sotheby’s Hong Kong. La progression décennale de l'artiste a été remarquable : en Mai 2016, elle a vendu une oeuvre intitulée 'Generation 01'(2006) pour 70 800$ chez Christies HK. Cette même oeuvre s’était vendue pour 4.009$ chez Christie’s à Hong Kong le 26 novembre 2006. Le 28 Mai 2017, son oeuvre "Small Flies and Other Wings" (2013) dépassait 10 fois sa valeur estimée, et s'est vendue chez Phillips Hong Kong 1,5 million $, lui faisant faire un bond dans le niveau de ses ventes. 
L'artiste
Christine Ay Tjoe est née en 1973 à Bandung (Indonésie) où elle vit. Elle a étudié la gravure et l’art graphique au Bandung Institute of Technology dont elle est diplômée (1997). Elle a aussi étudié en Allemagne en 2004 et elle était artiste résident à Singapour en 2008.
Son oeuvre
Christine Ay Tjoe est connue plus particulièrement pour ses peintures très colorées avec superpositions et son usage de la pointe sèche (drypoint technique). Elle créé aussi des sculptures, de l’art cinétique et des installations à grande échelle. Elle constitue des barres d’huile protéiformes, mélangeant figuration et abstraction. A la différence d'autres artistes qui ont pu ou tendent vers la satire politique en Indonésie, Christine Ay Tjoe parle plutôt de sa vie personnelle, de la société moderne et de l’existence humaine. Elle exprime ainsi au travers de son art ses sentiments profonds tels que la mélancolie, la soufrance, le combat ou la joie. On peut aussi voir dans son travail son rejet du glamour et des productions commerciales rémunératrices. 
L'artiste s’est vue décerner le SCMP Art Futures Prize à la Hong Kong International Art Fair en 2009 et le Top 5 Philip Morris Indonesian Art Award en 2011. Elle a par ailleurs gagné le Prudential Eye Award for " Best Emerging Artist using Painting" décerné par Ota Fine Arts à Singapour en Janvier 2015.
En 2016, elle exposait pour la première fois au Royaume-Uni, à Londres, au White Cube Bermondsey, 10 peintures comprenant deux grands diptychs. Dans ses dernières peintures, Christine Ay Tjoe s’intéresse à notre époque de consommation : à l'hyper-urbanité, la densité de population, le surcroit d’information et l’inévitable recherche de compétitivité. Dans sa récente exposition personnelle au Ota Fine Arts Shanghai en Octobre 2018, «The Black Side», Christine Ay Tjoe explorait la complexité des relations humaines et décrivait les aspects brutaux des émotions humaines dans la société actuelle. Les traits noirs dominants et les couleurs sombres de ses œuvres font allusion à sa sombre vision de la société contemporaine. Dans son exposition au White Cube Bermondsey fin 2018,‘Black, kcalB, Black, kcalB’, Christine Aj Tjoe explorait encore l’idée de la noirceur avec des peintures à l’huile de grands formats et des dessins sur des plaques d’aluminium.
Expositions
Les travaux de Christine Ay Tjoe ont fait l’objet de nombreuses expositions notamment à Shanghai, Beijing, Hong Kong, New York, Miami, London, Paris, Melbourne, Sydney, Taipei, Jakarta et Bandung.
Citons ses toutes dernières expositions : 2018-2019 ‘Black, kcalB, Black, kcalB’, White Cube Bermondsey Gallery, Londres, "The Black Side", Ota Fine Arts Shanghai, '‘Ay Tjoe Christine: Spirituality and Allegory', 21st Century Museum of Contemporary Art, Kanazawa, Japon, suite
Expositions passées/past exhibitions

 

Christine Ay Tjoe, Jangall III, mixed media on canvas, 2001

Christine Ay Tjoe, ubah Barabas #01 (Barabas’ Robe #01), acrylic on canvas, 2008 photo Candy Koh

Christine Ay Tjoe, coloured capsules, oil on canvas, 2010

Christine Aj Tjoe, Wall of Hermès,hand-stitched, feather-stuffed figurines, 2011

Christine Ay Tjoe, Talking about the stars, acrylic on canvas, 2011

Christine Ay Tjoe, The Famous One from Lucas, installation Hermès, mixed media, 2011

Christine Ay Tjoe, The last layer, oil on canvas, 2012, video animation, courtesy SongEun ArtSpace, Seoul

Christine Ay Tjoe, Small flies and other wings, 2013, photo of the artist

Christine Ay Tjoe, The Second Studio, oil on canvas, 2013

Christine Ay Tjoe,Two many fishes, oil on canvas, 2013

Christine Ay Tjoe, We Are Getting Highly Overrated Because You've Never Known Us 01 (detail,) oil on canvas, 2015 ©Ay Tjoe Christine, courtesy of Ota Fine Arts

Christine Ay Tjoe, Demonic possession oil on canvas, 2016,Courtesy White Cube, London

Christine Ay Tjoe, Freezing 01, oil on canvas, 2017 2018© Christine Ay Tjoe

Christine Ay Tjoe

Hengki Koentjoro

HENGKI KOENTJORO est un photographe indonésien reconnu au niveau international. Il réalise des photos en noir et blanc d’une pureté et d’une esthétique à couper le souffle.
L'artiste
Hengki Koentjoro est né à Semarang, Java, Indonésie. Il est diplômé du Brooks Institute of Photography de Santa Barbara, Californie, où il a étudié la production vidéo et quelque peu la photographie d’art. Il vit actuellement à Jakarta où il trouve son inspiration, notamment sur l’île de Java.
Son œuvre
Hengki Koentjoro développe ses sens et sa sensibilité au travers de la photographie d’art. Sa liberté d’expression se trouve surtout dans l’élaboration et l’exploration du noir et blanc. Il observe la beauté mystique de la nature et des paysages de l’Asie du Sud-Est qu’il retraduit de façon extraordinaire, jusqu’à l’irréalité. Pratiquant la photographie sous-marine, il capture d’étonnantes images monochromatiques au-dessus de la surface de l’eau. Les nuages et les sommets des montagnes apparaissent si hauts et en même temps si proches comme si le ciel avait des règles du jeu différentes en Indonésie. Pour l’artiste, le déferlement d’une vague raconte des histoires qui font partie des mystères de l’océan.
Hengki Koentjoro utilise le papier baryté Hahnemühle, le plus beau papier d’art pour des photos noir et blanc.
Expositions
Hengki Koentjoro a participé à de nombreuses expositions dont les plus récentes : 2017 "Image Nation Paris", International Photo Expo, Espace des Arts Sans Frontières, 75019 Paris ; 2016 Unseen Photo Fair - Amsterdam - The Netherlands, Frankfurt Book Fair, Allemagne, Exhibition - Annenberg Space for Photography, USA, AAF Fair - Brussels – Belgique, Classic Photographs Los Angeles, USA ; en 2015, Fotofever Paris 2015 - Paris, AAF Fair – Amsterdam, Pays-Bas,  ‘See Me - Fifth Annual Exposure Award ‘, Musee du Louvre – Paris, "Eternal Moment" at Hasselblad Japan Gallery – Tokyo ; en 2014 Taiwan Photo Fair 2014, Taipei, Fotofever Paris 2014, IPA Best Of Show 2014, New York, Photokina 2014, Cologne, Allemagne, Wine | Water – Tobin Ohashi Gallery – Tokyo ; en 2013 Taiwan Photo Fair 2013 – Taipei ; en 2012, Tobin Ohashi Gallery Exhibition, Tokyo, Japan, en 2011 “Beyond Photography" Ciputra Artpreneur Center, Jakarta ; Santa Lucia, Mostra Benefica di Fotografia, by Loredana  Guinicelli, Italy.
Il est représenté par la Tobin Ohashi Gallery à Tokyo, la Susan Spiritus Gallery en Californie, la galerie Lukisan à Amsterdam, Pays-Bas, Immagis Art Photography, à Würzburg en Allemagne.
Hengki Koentjoro a été récompensé par de très nombreux prix comme parmi les plus récents : PX3 Paris Photo Competition 2015 - 1st Prize in Nature Category/Animal, PX3 Paris Photo Competition 2015 – 1st Prize in Nature Category/Water, MIFA – Moscow International Foto Awards 2014  Honorable Mention  Fine Art Landscape, IPA Photography Awards 2014 – 1st place winner in Nature/Aerial category, l’Hasselblad Master 2014 -1st Place Winner in Landscapes/Nature category, l’International Photography Award ou encore le PX3 2013 Photography Competition, 3rd place in Fine Art Category, PX3 Honorable Mention Recipients of 2009 Water Competition;  Worldwide Photography Gala Awards – WPGA 2013 - 1st place in Seascape/Underwater Category.
Hengki Koentjoro vient de publier un ouvrage consacré à ses photographies "The Refined eye".
http://www.hengki-koentjoro.com/

Hengki Koentjoro, Noir Serie, Hahnemuhle paper

Hengki Koentjoro, Rider on the storm, Hahnemuhle paper, 2009, image of the artist

Hengki Koentjoro, Smile Hahnemuhle paper 2012 image of the artist

Hengki Koentjoro, Waterscape Series, Hahnemuhle paper Photo of the artist

Hengki Koentjoro, Borobudur Temple-XL Hahnemuhle paper

Hengki Koentjoro, Hahnemuhle paper

Hengki Koentjoro, Detach Serie, Hahnemuhle paper

Hengki Koentjoro, Sacred Path Hahnemuhle paper, 2014 image of the artist

Hengki Koentjoro, Bodhi-Tree, Hahnemuhle paper, 2016, image of the artist

Hengki Koentjoro

I Nyoman Masriadi

I NYOMAN MASRIADI est un peintre contemporain majeur de l’ère post Suharto. Il est sans contestation la tête d’affiche de la scène artistique indonésienne. 
Avec des ventes cumulées de 2,147,227 $, il se situait au 97ème rang du classement Artprice (Produit des ventes) du marché de l’art dans le monde en 2016. Il était en 152ème place avec des ventes cumulées de 896 262 $ en 2016/2017 (4 lots vendus). En 2017-2018, il se classait 171ème avec des ventes cumulées de 1 million de dollars (4 lots).
L'artiste
I Nyoman Masriadi est né en 1973 à Gianyar, Bali. Il a  fait ses études d’art à l’Institut Seni Indonesia de Yogyakarta où il vit actuellement. En 1997, il a obtenu le prix : « Best Painting at the Dies Natalis ISI Yogyakarta ».
Son oeuvre
Tout en intégrant dans ses peintures l’histoire de la culture indonésienne, l’artiste observe la vie contemporaine, sociale et culturelle. Parfois ses personnages peuvent apparaitre comme des archétypes de héros de bandes dessinées, cow boys, soldats ou athlètes. Son imaginaire et ses techniques ont beaucoup évolué au cours des 15 dernières années, passant essentiellement du foklore au comic/pop radicalement contemporain. Dans ses peintures (‘Spares), exposées en 2014 à la Paul Kasmin Gallery, Hong Kong, I Nyoman Masriadi poursuivait toujours ses descriptions de personnages indonésiens forts, avec des traits exagérés comme cet homme noir musclé, en short, sans t-shirt, sans chaussure, et tenant des lunettes de soleil à la main avec un sous titre ‘No more lost glasses’. Pour sa deuxième exposition personnelle à la Paul Kasmin Gallery à New York, en 2016, Masriadi présentait des peintures qui, selon la galerie, "décrivaient des personnages surhumains dont les récits, enracinés dans l'histoire culturelle indonésienne, offraient des commentaires sociaux spirituels et souvent mordants sur la vie contemporaine et la culture pop mondiale".
Expositions
En 2011, l'artiste avait sa première exposition personnelle aux Etats-Unis, à New York, à la Paul Kasmin gallery, après une exposition au Singapore Art Museum ‘Black is My Last Weapon’ en 2008.  En 2014, il exposait à la Paul Kasmin Gallery Art Basel, Hong Kong ‘New Nyoman Masriadi works’. En 2016, il exposait de nouveau à la Paul Kasmin Gallery, à New York où il présentait notamment de nouvelles peintures comme "Old master (Angry Samuro)' et 'Bounty Hunter', des guerriers à la musculature monumentale. Fin 2018, il avait une exposition, intitulée "Tender" dans le cadre du Westbund Art and Design 2018, au Westbund Art Center, à Shanghai.
I Nyoman Masriadi particpe par ailleurs à des expositions collectives comme : en Janvier 2019 nouvelle foire internationale d’art de Taipei, Tapei Dangdai ; en 2014 ‘Past Traditions/New Voices in Asian Art’ Hofstra University Museum, aux Etats-Unis (NJ) ; en 2010 Art Paris + Guests," Paris, "New Directions », Shanghai Museum of Contemporary Art ; en 2009 ‘In Rainbow’," Esa sampoerna Art House, Surabaya, Indonésie, ‘Jogja Biennale X’, Jogjakarta, ‘The Simple Art of Parody’, au MOCA, à  Taipei.
Récemment, en Janvier 2018, il participait à Art Stage Singapore.
I Nyoman Masriadi est l’artiste vivant d’Asie du Sud-Est qui vend le plus cher aux enchères jusqu’à 1 million $ pour son triptyque “The Man From Bantul (The Final Round),” sur le thème de la boxe, en Octobre 2008. Toujours en 2008, il avait déjà vendu chez Sotheby’s une œuvre  « Sorry Hero, Saya Lupa” (Sorry Hero, I Forgot) », décrivant Batman et Superman assis à coté l’un de l’autre sur des sièges de toilettes, pour 619 000$. En 2016, il a vendu chez Sotheby's HK une oeuvre intitulée "Two colour" pour 381.679 $.
http://inyomanmasriadi.com/

I Nyoman Masriadi, Untitled, 1998

I Nyoman Masriadi, The man from Bantul, mixed media on canvas, 2000

I Nyoman Masriadi, leyeh-leyeh (relaxing) acrylic on canvas, 2000

I Nyoman Masriadi, acrylic on canvas, 2003

I Nyoman Masriadi Titan arum, acrylic on canvas, 2003

I Nyoman Masriadi, Fans club, acrylic on canvas 2005

I Nyoman Masriadi, Sorry hero, acrylic on canvas, 2008

I Nyoman Masriadi, The great daddy, acrylic on canvas, 2014

I Nyoman Masriadi, Two colour, acrylic on canvas, 2014

I Nyoman Masriadi, warrior, acrylic on canvas, 2016, Paul Karmin Gallery

I Nyoman Masriadi, “Never Changed”, acrylic on canvas, 2017

I Nyoman Masriadi, “Moment That Is Important”, acrylic on canvas, 2017

I Nyoman Masriadi, Do Do Do, acrylic on canvas, 2018

I Nyoman Masriadi, Do Do Do, acrylic on canvas, 2018